/misc
Navigation

Aluminium et intérêts politiques

Yves François Blanchet, chef du Bloc Quebecois et Caroline Desbiens Beauport-Cote-de-Beaupre-Ile-d Orleans-Charlevoix, Souper militant  Bloc Quebecois, Restaurant Pub Saint-Bernard, 252, boulevard du Beau Pre, Beaupre, 14 octobre 2019. PASCAL HUOT / JOURNAL DE QUEBEC / AGENCE QMI
Photo d’archives, pascal huot Le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet, lors d’un souper militant en octobre dernier..

Coup d'oeil sur cet article

Elle n’a duré que 7 jours, mais la première session parlementaire du gouvernement Trudeau, minoritaire, offre déjà d’importantes leçons pour la suite des choses.

Le débat sur l’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACÉUM) et l’aluminium en fait foi.

Le Bloc québécois brouille les cartes

Si le chef du Bloc n’était pas monté au front, la fragilité des garanties obtenues pour le secteur de l’aluminium n’aurait pas autant fait les manchettes.

Oui, le Bloc va exploiter à fond toutes les opportunités pour défendre les intérêts du Québec. Sa capacité de mobiliser les acteurs locaux, comme dans le cas du syndicat de l’aluminium d’Alma, devra servir de mise en garde à ses adversaires.

N’empêche, François Legault est satisfait de l’entente, les producteurs d’aluminium aussi. Alors le Bloc a-t-il défendu « le Québec » ou sa base au Saguenay ? Voilà le difficile équilibre auquel il est confronté. Yves-François Blanchet voudra faire attention de ne pas devenir celui qui tire plus vite que son ombre.

Une opposition unie est une opposition plus forte

L’indignation du Bloc c’est une chose, l’opposition du NPD était à prévoir. Mais ce n’est que lorsque les conservateurs ont vacillé, qu’on a saisi l’ampleur de la crise potentielle.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Peu probable que le PCC soit allé jusqu’à bloquer l’adoption de l’ACÉUM tant attendu par l’ensemble des acteurs économique au pays. Mais les conservateurs québécois, en montant au front pour les travailleurs de l’aluminium, ont démontré que le Bloc n’a pas le monopole des intérêts du Québec.

La stratégie a révélé le poids nouveau du caucus québécois au sein du parti.

Le travail de coulisses avant les effets de toge

Ce qui devait être une victoire incontestée pour le gouvernement Trudeau a failli se transformer en fiasco politique au Québec. 

À quel point est-ce que l’aluminium québécois a été sacrifié pour obtenir un accord fera l’objet de nombreux débats, mais politiquement les libéraux ont au moins réussi à calmer le jeu, gagner l’appui du premier ministre Legault et des représentants de l’industrie.

Ce ne sont pas les remontrances du lieutenant québécois Pablo Rodriguez qui reprochait aux sceptiques de ne pas comprendre les enjeux qui auront dénoué l’impasse. C’est plutôt le travail en coulisses des ministres Chrystia Freeland et Mélanie Joly qui aura rassuré les décideurs québécois.

Pour ce gouvernement si soucieux de son « message », le vrai travail politique aura été bien plus utile que les lignes de presse stériles lancées à la Chambre des Communes.