/sports/fighting
Navigation

Eleider Alvarez et Michael Seals mettent la table

Eleider Alvarez et Michael Seals mettent la table
Photo d'archives Agence QMI, MARIO BEAUREGARD

Coup d'oeil sur cet article

Eleider Alvarez et Michael Seals sont impatients de croiser le fer le 18 janvier prochain, à Verona, aux États-Unis, où le titre World Boxing Council (WBC) continental des Amériques sera à l’enjeu. Les deux boxeurs ont partagé le podium samedi, lors d’une conférence de presse tenue à New York, pour mettre la table. 

«Je suis content de revenir à l’élite de la boxe après plusieurs mois d’inactivité», a lancé Alvarez [24-1, 12 K.-O.], qui ne s’est pas battu depuis le mois de février dernier, à Frisco, au Texas. Il avait alors perdu son titre mondial WBO des mi-lourds aux mains de Sergey Kovalev. 

«Je me suis entraîné à fond pour redevenir champion du monde. Je veux revivre cette sensation, cette fierté d’avoir la ceinture, et je travaille fort pour y arriver», a poursuivi le Québécois d’origine colombienne. 

Afin de parvenir à ses fins, le protégé du Groupe Yvon Michel devra d’abord prendre la mesure de Michael Seals (24-1-0, 12 K.-O.). 

«Ce combat signifie beaucoup pour moi. Je veux redevenir champion du monde, mais avant d’y arriver, je dois me concentrer sur mon prochain adversaire, Michael Seals. Une fois que ce sera fait, je pourrai penser à récupérer mon titre», a raconté Alvarez. 

Un grand défi 

Seals ne s’annonce toutefois pas une proie facile pour Alvarez. Le boxeur de 37 ans originaire de l’Alabama est bon cogneur et n’a fait qu’une bouchée de son dernier adversaire. En effet, il a gagné par K.-O. dès le premier round face à l’Argentin Elio Trosch le 18 octobre dernier, à Philadelphie. 

L’Américain promet tout un combat contre Alvarez. Même s’il lui voue un grand respect, ses intentions sont très claires. 

«Si vous me connaissez, que m’avez déjà vu en action, vous savez que mes combats ne sont pas ennuyants, a prévenu Seals. Eleider est tout un boxeur. Je le suis depuis longtemps. Je suis aussi en quête d’un titre mondial. Quand il a eu le sien, j’étais content pour lui. Mais le 18 janvier, je devrai travailler pour que mon rêve se réalise. Il a réalisé son rêve, c’est le temps que le mien se réalise maintenant.» 

«Ce sera un combat excitant et de très haut niveau, puisque nous appartenons tous les deux à l’élite mondiale, a poursuivi Seals. Ce sera le combat de ma vie. Je ne sais pas ce que ça signifie pour lui, c’est peut-être seulement un combat comme les autres. Mais pour moi, c’est le plus gros combat de ma vie. Et je suis prêt à tout donner.»