/news/politics
Navigation

Libre-échange: les Producteurs laitiers du Canada demandent à François Legault de revoir sa demande au Bloc québécois

François Legault
Photo Agence QMI, Simon Clark François Legault

Coup d'oeil sur cet article

Les Producteurs laitiers du Canada invitent le premier ministre François Legault à revoir la demande qu’il a faite au chef du Bloc québécois de voter en faveur du nouvel accord nord-américain de libre-échange.  

L'organisation affirme que cet accord, qui a récemment été signé par des représentants des États-Unis, du Mexique et du Canada, et qui doit encore obtenir l’aval des parlementaires, comporte toujours des éléments dommageables pour certaines industries, dont l’industrie laitière.  

«À terme, cet accord aura pour effet de transférer l'équivalent de la production laitière moyenne d'environ 520 fermes du Québec à des producteurs américains dont le lait servira à faire des produits vendus au Québec et partout au Canada», a mentionné Pierre Lampron, le président des Producteurs laitiers du Canada, dans un communiqué, dimanche.   

Il déplore en outre que le premier ministre Legault fasse cette demande au Bloc québécois en appelant à «l'intérêt des Québécois». Selon lui, «M. Legault n'a certes pas considéré que dans un système parlementaire les projets de loi, incluant ceux qui visent à ratifier les accords internationaux, sont soumis à une révision afin de permettre de les bonifier, et cet accord gagnerait à l'être, non seulement pour le secteur laitier, mais aussi pour les travailleurs du secteur de l'aluminium».   

La semaine dernière, alors que la version finale du nouveau traité venait à peine d’être signée à Mexico, le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a déclaré que son parti ne voterait pas en faveur d’un accord qui «sacrifie l’aluminium québécois».   

Vendredi, François Legault, au sortir d’une rencontre avec son homologue fédéral Justin Trudeau à Montréal, a appelé le chef du Bloc québécois et son parti à changer de position et à appuyer la ratification de l’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM).   

Fait à noter, vendredi, après avoir déploré quelques jours plus tôt que le nouvel accord permette au Mexique de continuer d’importer à sa guise de l’aluminium en provenance de la Chine, «affectant de façon considérable l'équilibre de la chaîne de valeur nord-américaine de l'automobile», l'Association de l'aluminium du Canada a dit qu’elle souhaitait sa ratification par le Parlement.   

«Après avoir procédé à un examen détaillé de l'accord paraphé cette semaine, l'Association de l'aluminium du Canada estime que l'ACEUM contribuera à assurer un avenir durable à notre industrie de classe mondiale au pays», a indiqué l’organisation, vendredi. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.