/news/currentevents
Navigation

Un alligator aperçu traversant tranquillement la rue Jarry

Coup d'oeil sur cet article

Pour la deuxième fois en quatre ans, un alligator de l’entreprise Repti-Zone a semé l’émoi hier à Montréal en échappant à la vigilance de sa propriétaire et s’enfuyant dans les rues de la métropole.  

«J’ai vu une espèce de queue qui dépassait sous un véhicule du côté du trottoir. On s’est mis du côté de la rue, et c’est à ce moment que nous avons aperçu la tête de l’alligator dépasser», raconte une résidente du coin, Marie-Andrée Pambrun. 

Hier, en début d’après-midi, Mme Pambrun marchait sur Jarry Est. Elle a remarqué une dizaine de personnes autour d’un véhicule. Curieuse, elle s’est approchée.  

«Les gens disaient au conducteur qui était dans son véhicule de ne pas bouger. Qu’il y avait un alligator sous sa voiture. Le pauvre, il ne semblait pas savoir quoi faire», ajoute la Montréalaise. 

L’animal est la propriété de Repti-Zone, une compagnie qui organise des présentations de reptiles pour des événements, comme des fêtes d’enfants. 

La propriétaire de la compagnie, Émilie Gaudry, et son conjoint, Jonathan Gemme, transportaient plusieurs animaux dans une camionnette blanche stationnée sur la rue Jarry Est, près de l’avenue De Chateaubriand. 

Rapide 

En moins de deux minutes, le SPVM a reçu plusieurs appels concernant le crocodilien en fuite. 

Dès que les policiers sont arrivés sur place, la bête avait déjà été maîtrisée par le conjoint de la propriétaire de Repti-Zone, alors qu’elle s’était réfugiée sous un véhicule. 

Jamais pendant sa traversée des quatre voies de la rue l’animal n’a semblé préoccupé par les nombreux véhicules qui ont circulé. 

«Le propriétaire a dit à l’alligator: “Qu’est-ce que tu fais là?” Comme s’il parlait à son chien, et il l’a pris aussi comme si c’était son chien ou son chat», ajoute Mme Pambrun. 

Toutefois, malgré la crainte que les gens ont pu avoir en voyant l’animal, l’alligator ne serait pas dangereux, estime l’erpétologue Mathieu Naud. 

«Il n’y a pas de danger pour le citoyen. C’est un animal qui est utilisé pendant des événements pour faire de la sensibilisation. Il a un comportement calme et détendu. Mais si tu es en Floride et tu en vois un, ne va pas lui faire un câlin», rigole le propriétaire de Monsieur Reptile. 

Deuxième fuite  

Le 18 août 2015, Ali, un alligator appartenant à la propriétaire de Repti-Zone, Émilie Gaudry, s’était aussi retrouvé en liberté. 

L’animal avait été retrouvé dans la nuit par un passant sur la rue Ontario, dans le quartier de Tétreaultville, après environ cinq heures de fuite. 

À l’époque, Mme Gaudry avait affirmé au Journal que c’était la première fois qu’un incident de la sorte survenait. 

Or, cette fois, la température du mois de décembre aurait pu gravement compliquer son état de santé. 

«En fonction de sa taille, un alligator exposé à des températures comme celle d’aujourd’hui [entre -5°C et 0°C] pourrait décéder en plusieurs heures», a-t-on expliqué.