/investigations/transports
Navigation

Tramway de Québec: le gouvernement versera 150M$ à Montréal pour son aide

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement du Québec s’est engagé à verser 150 M$ à la Ville de Montréal en échange d’un coup de main de la métropole pour payer le tramway de Québec. 

Ce montant en argent sonnant n’avait pas été annoncé et s’ajoute aux sommes que Québec s’est engagé à réserver pour quatre projets de transports en commun montréalais, dont un tronçon de la ligne rose. 

En juin dernier, la mairesse de Montréal Valérie Plante avait accepté de céder à Québec 800 M$ de financement fédéral qui lui revenait, pour permettre à la Vieille Capitale de boucler le financement de son projet de tramway. 

En échange, le gouvernement provincial s’était engagé à inscrire quatre projets de transport en commun montréalais au Plan québécois des infrastructures, dont un « tramway entre le centre-ville et Lachine ». « C’est ainsi que le tronçon ouest de la ligne rose verra le jour », s’était réjouie Mme Plante. 

800 M$ 

Puis, dans son budget 2020 révélé le mois dernier, l’administration Plante a dévoilé que le gouvernement du Québec lui verserait un montant de 150 M$ dans le cadre de l’entente « Réflexe Montréal » pour financer des infrastructures vertes.  

Les raisons de ce généreux cadeau étaient alors inconnues. Mais dans un courriel envoyé cette semaine, Bénédicte Trottier Lavoie, du cabinet de la ministre des Affaires municipales Andrée Laforest, indique que cette somme a été octroyée « dans le cadre de l’entente survenue pour permettre la réallocation de 800 M$ [pour le tramway de Québec] ». 

On précise même que l’argent servira notamment à « un système d’ozonation », qui permet de purifier les eaux usées rejetées dans le fleuve Saint-Laurent. 

Le directeur des communications de la mairesse Valérie Plante, Youssef Amane, confirme aussi que cette somme émane des discussions autour du financement du tramway de Québec. Mais il ne veut pas s’avancer sur ce à quoi pourrait servir cet argent. 

Budget à boucler 

En entrevue vendredi, le président du Conseil du trésor Christian Dubé a contredit le cabinet de sa collègue aux Affaires municipales. Il a affirmé que la somme de 150 M$ « n’a comme rien à voir avec [avec le tramway], parce que c’était dans le programme Réflexe Montréal. C’est sûr que pendant qu’on négociait, [Valérie Plante] négociait avec les affaires municipales. » 

Au moment où l’entente pour le tramway de Québec est survenue, le président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Benoit Dorais, cherchait à boucler son budget d’immobilisations. 

Notre Bureau d’enquête révélait il y a quelques semaines que la Ville de Montréal se dirigeait vers une situation financière périlleuse si elle maintenait son rythme de dépenses dans les investissements. 

Selon un document que nous avons obtenu, la firme de notation Moodys prévenait la Ville de Montréal en juillet que si sa dette dépassait 120 % de ses revenus, elle risquait une décote. 

Les 150 M$ venus de Québec permettront à l’administration Plante de réaliser des investissements, sans avoir recours à des emprunts.