/opinion/columnists
Navigation

Le père Noël n’est pas une ordure

Coup d'oeil sur cet article

Quel accablement d’entendre des parents se vanter de dire à leurs jeunes enfants que le père Noël n’existe pas ! 

Quelle bêtise, quelle niaiserie que des parents, ignorant le besoin des petits de rêver et de vivre dans la fantaisie et l’imaginaire, souhaitent les ramener dans la dure réalité du système capitaliste ! « Il faut que mon fils (trois ans et demi, précisons-le) sache que c’est moi qui achète les cadeaux avec le fruit de mon travail », ai-je entendu à la radio dans la bouche d’un père. 

D’autres parents du même acabit se réfèrent à de « grands » principes psychologiques. « Je refuse d’entretenir le mensonge entre ma fille et moi », affirmait une mère inquiète que sa fillette lui reproche cette supercherie plus tard quand elle sera plus vieille, c’est-à-dire à cinq ans ! 

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

Opinions erronées 

Ce temps des Fêtes appartient aux enfants. Les priver de croire au père Noël, aux lutins, aux fées des étoiles est une position d’adultes tordus. S’y ajoute depuis quelques années une autre dimension, idéologique, celle-là. Des mères au féminisme frôlant le ridicule voudraient transformer le père Noël en mère Noël. 

Pauvres enfants du XXIe siècle déjà barouettés d’un foyer à l’autre, confrontés aux malheurs du monde à travers la planète à en devenir éco-anxieux, surexcités par les technologiques « progressistes », acteurs impuissants des séparations de leurs parents et pris en otage désormais pour se conformer à toutes les théories fumeuses les concernant. 

D’autres petits de milieux privilégiés croulent sous les cadeaux de la culpabilisation des parents agités et absents. 

Le père Noël avec sa barbe blanche, son traîneau non polluant qui circule dans le ciel et son rire, un bon rire, généreux, affectueux, joyeux, le contraire de celui que provoquent nos humoristes hargneux, ce père Noël est une bénédiction sociale. Que cela se sache.