/investigations/transports
Navigation

Plus cher à Anjou qu’à Londres et Paris

Les coûts du prolongement de la ligne bleue du métro dans l’est de Montréal font sourciller des experts

Coup d'oeil sur cet article

Le prolongement de la ligne bleue dans le sous-sol de Saint-Léonard et Anjou coûtera beaucoup plus cher que des travaux semblables réalisés à Toronto, Paris et même Londres.  

• À lire aussi: Prolonger la ligne orange aurait été plus bénéfique selon les études

Cinq stations et 5,6 km de tunnel pour 3,9 G$ : c’est l’estimation officielle de la Société de transport de Montréal (STM) pour le prolongement de la ligne bleue. Un prix de 696 M$ par kilomètre qui fait sourciller plusieurs experts.     

«Je m’y connais un peu dans les analyses de coûts et je ne comprends pas, lance la professeure au Département d’études urbaines de l’UQAM, Florence Junca-Adenot. Il n’y a rien de rationnel qui peut expliquer un coût aussi élevé.»     

La spécialiste souligne l’écart énorme avec les coûts du prolongement du métro de Laval, qui a coûté 154 M$ au km en 2007. 

Le prolongement de la ligne 1 à Toronto (photo), achevé en 2017, a coûté presque deux fois moins cher que ce qui est prévu pour la ligne bleue à Montréal.
Photo d’archives, Commision transport de toronto
Le prolongement de la ligne 1 à Toronto (photo), achevé en 2017, a coûté presque deux fois moins cher que ce qui est prévu pour la ligne bleue à Montréal.

La première extension de métro en 30 ans sur l’île de Montréal coûte-t-elle trop cher ? Pour le savoir, notre Bureau d’enquête a réalisé une analyse comparative des coûts avec ceux d’autres projets dans le monde.      

La STM juge toute comparaison avec l’étranger déficiente.      

«Le projet est pile-poil dans le prix de tous les projets de construction de métro, assurait en septembre le directeur exécutif de la section Ingénierie et grands projets de la STM, François Chamberland. Souvent les coûts à l’étranger ne comprennent même pas les terrains ou les frais financiers.»      

Nous nous sommes donc assurés, en plus de calculer l’inflation, que les projets pris pour cette analyse étaient très semblables à celui de la ligne bleue :          

  • Ce sont des prolongements de lignes     
  • Ils sont entièrement souterrains     
  • Ils sont dans des pays développés          

Les sociétés de transport à qui nous avons posé les questions assurent nous avoir fourni tous les coûts : études, acquisitions de terrains, frais financiers, etc.     

Nos comparaisons montrent que la ligne bleue coûtera près de trois fois plus cher du kilomètre que la ligne 4 vers Bagneux, à Paris.     

Elle coûtera aussi près du double de l’extension de la ligne 1 York-Spadina ouverte en 2017 à Toronto. Le prix pour Toronto inclut même l’achat de nouvelles voitures de métro, ce qui n’est pas le cas des estimations de la ligne bleue.     

En plein cœur de Londres  

Le projet de la STM reviendra même 25 % plus cher que le prolongement de la Northern Line, à Londres. Le tunnel, complété l’an dernier, est pourtant situé en plein cœur de la métropole britannique, une des villes les plus chères du monde.      

Selon Mme Junca-Adenot, «il n’y a aucune raison» que la ligne bleue coûte plus cher qu’ailleurs dans le monde.     

En entrevue, M. Chamberland précise que les «coûts directs» de la ligne bleue, en excluant les frais de financement, sont «à peu près de 2,5 G$».     

Mais même avec cette estimation, à 446 M$ au kilomètre, la ligne bleue coûterait encore plus cher que les projets de Toronto et Paris, qui eux incluent tous les coûts.     

Possible baisse  

Confrontée à nos données, la STM a répondu que « la portée de chacun des projets est unique » et que « toute comparaison de coûts kilométriques comporte un caractère hypothétique » puisque le plan d’affaires de la ligne bleue n’a pas encore été adopté par le conseil des ministres.     

La STM avance même que les coûts pourraient baisser.      

«Il y a beaucoup d’hypothèses et beaucoup de marge de manœuvre», indique M. Chamberland.     

En général, les coûts des grands projets d’infrastructures ont plutôt tendance à monter qu’à descendre. Le budget original du métro de Laval était de 378,8 M$. Il aura finalement coûté 751 M$ aux Québécois.     

À Barcelone, les coûts de la ligne 9 ont explosé, passant de 2,5 à 16 milliards d’euros. Ce projet aura coûté plus cher au kilomètre que ce qui est prévu pour le prolongement de la ligne bleue.     

La ministre Chantal Rouleau ne veut pas «dénigrer» le projet  

Chantal Rouleau.
Ministre déléguée
Photo Chantal Poirier
Chantal Rouleau. Ministre déléguée

La ministre déléguée aux Transports et responsable de la métropole, Chantal Rouleau, dit qu’il ne faut pas «dénigrer la ligne bleue» parce que des études concluent que prolonger la ligne orange aurait été plus bénéfique.     

«On ne peut pas dénigrer le prolongement de la ligne bleue parce qu’il y a une étude qui dit que c’est important aussi de prolonger la ligne orange du côté ouest», a déclaré hier Mme Rouleau.     

Longue attente  

Elle a martelé que cela faisait 40 ans que la population de l’est attendait le projet de prolongement de la ligne bleue.      

«Il y a des études qui ont été faites de toutes sortes, il y a aussi une demande de la population», a-t-elle affirmé, ajoutant qu’elle est impatiente que cela se réalise.     

Elle réagissait aux révélations de notre Bureau d’enquête, qui dévoilait que les études qui ont servi de base à Québec pour aller de l’avant avec le projet de prolongement de la ligne bleue concluaient que prolonger la ligne orange jusqu’à la station de train Bois-Franc aurait été plus bénéfique.      

Dans ces études, il est indiqué l’ajout de deux stations à Saint-Laurent qui aurait, au kilomètre, bénéficié à davantage d’usagers et aurait permis de retirer plus de véhicules de la route.      

«Le prolongement de la ligne orange [dans l’ouest], c’est un excellent projet. Nous en convenons qu’il est aussi nécessaire de le faire, nous voulons le faire, mais tout se fait en temps et lieu», a ajouté Chantal Rouleau.      

Il faut les deux projets  

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, n’a pas voulu «mettre la ligne bleue en opposition avec la ligne orange».     

«Pendant qu’on fait la ligne bleue, peut-on s’il vous plaît commencer la ligne orange? a questionné Mme Plante. Je veux que les gouvernements supérieurs se commettent et mettent l’argent nécessaire pour décongestionner Montréal et la région métropolitaine.»     

Trop de projets?    

  • Le grand nombre de chantiers menés en même temps à Montréal pourrait expliquer les coûts astronomiques prévus pour la ligne bleue, selon Jean-Philippe Meloche, professeur en urbanisme à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal.          

«En ce moment, la main-d’œuvre en construction coûte très cher. Faire la ligne bleue pendant que le taux de chômage est à 4,2 %, c’est sûr que ça va coûter plus cher qu’au milieu d’une récession», explique-t-il.          

  • Le porte-parole de la STM, Philippe Déry, confirme d’ailleurs que leurs «analyses prennent en considération l’état actuel du marché [...] dans la région de Montréal, où les grands projets abondent».          

LES COÛTS DE QUELQUES PROLONGEMENTS  

Paris - Ligne 4         

  • Longueur: 2,7 km     
  • Stations: 2     
  • Ouverture: 2021     
  • Coût total: 639 M$     
  • 236 M$/km        

Toronto - Ligne 1         

  • Longueur: 8,6 km     
  • Stations: 6     
  • Ouverture: 2017     
  • Coût total: 3,35 G$     
  • 390 M$/km         

Londres - Northern Line         

  • Longueur: 3,2 km      
  • Stations: 2     
  • Ouverture: 2021    
  • Coût total: 1,79 G$    
  • 559 M$/km         

Montréal - Ligne bleue         

  • Longueur: 5,6 km    
  • Stations: 5    
  • Ouverture: 2026    
  • Coût total: 3,9 G$    
  • 696 M$/km         

Prix en dollars canadiens de 2018 

Sur le même sujet