/24m
Navigation

Travaux du REM dans le tunnel: trois mois de délai et 230 millions $ plus cher

Travaux du REM dans le tunnel: trois mois de délai et 230 millions $ plus cher
MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Les utilisateurs des lignes de train de banlieue Deux-Montagnes et Mascouche auront droit à un répit puisque le tunnel sous le Mont-Royal ne fermera finalement pas avant le 30 mars 2020, plutôt que le 6 janvier comme initialement prévu. 

CDPQ Infra, le bras immobilier de la Caisse de dépôt et placement du Québec responsable de la construction du Réseau express métropolitain (REM), a annoncé mardi que le tunnel fermerait le 30 mars 2020 plutôt que le 6 janvier. 

  • Entrevue avec Francis Millaire, membre du Comité des usagers du train de Deux-Montagnes à QUB Radio

Ce délai laissera le temps au consortium NouvLR d’améliorer sa préparation des travaux, une réorganisation qui s’accompagne d’une augmentation des coûts de 230 millions $, ce qui porte l’enveloppe totale du projet à 6,5 milliards $. L’échéancier de mise en service restera le même grâce à une accélération des travaux, a assuré CDPQ Infra. 

Ce n’est pas la première fois que les coûts augmentent; ils avaient fait un bond de 540 millions $ en 2017, moins d’un an après l’annonce du projet. 

Soulagement 

Pour les quelque 18 000 utilisateurs des trains de banlieue Deux-Montagnes et Mascouche, la nouvelle entraine un soupir de soulagement, puisqu’elle retarde l’arrêt de service sur leurs lignes. 

Certains d’entre eux espèrent que Québec en profitera pour se remettre à la table à dessin et proposer de meilleures mesures d’atténuation. «Ça prend l'implication de différents ministères qui vont valider que les solutions sont applicables et qu'elles ne viennent pas mettre en péril l'éducation, la santé mentale et la capacité des gens à travailler», a mentionné Francis Millaire, porte-parole du Comité des usagers du train de Deux-Montagnes. 

D’autres reprochent à CDPQ Infra d’avoir manqué de transparence en attendant aussi longtemps avant d’informer la population, qui vit ainsi un énième bouleversement dans ses habitudes. Karolyne Viau, par exemple, a confié qu'elle avait déjà investi dans un espace de stationnement près de la station de métro Montmorency en prévision de la fermeture. 

Rappelons que les mesures proposées, principalement des navettes d’autobus entre des gares et des stations de métro, auront pour conséquence de doubler le temps de transport quotidien de plusieurs banlieusards. 

Les horaires des trains resteront les mêmes qu’à l’automne 2019. CDPQ Infra a annoncé du même coup la bonification des rabais pour les utilisateurs. 

La STM se réorganise 

La Société de transport de Montréal (STM) a dû rapidement se réorganiser quelques jours après avoir annoncé la location de 30 autobus pour mettre en place les mesures d’atténuation pour la ligne Deux-Montagnes. 

La date de début du contrat de 2,9 millions $ conclu avec Autobus Gallant pour la location et l’entretien des autobus voyageur a été repoussée au 30 mars. La STM n’a pas pu confirmer mardi si le montant resterait le même, se contentant d’assurer que les frais seront entièrement épongés par Québec, comme prévu. 

Tous les chauffeurs qui devaient conduire ces autobus seront affectés à d’autres lignes du réseau régulier. 

Encore mercredi dernier, la STM assurait qu’elle serait prête à déployer une cinquantaine d’autobus (dont les 30 véhicules loués) dès le 6 janvier pour transporter des utilisateurs entre diverses gares et stations de métro. Il n’a pas été possible de savoir quand la société de transport a été informée du report de la fermeture du tunnel. 

«La STM prend acte de l’annonce par CDPQ Infra du report de la fermeture du tunnel du Mont-Royal et du même coup des mesures d’atténuation du REM. Nous en sommes à évaluer les impacts au plan opérationnel et nous serons en mesure d’effectuer les ajustements nécessaires dans les meilleurs délais », a fait savoir une porte-parole de la STM, Isabelle A. Tremblay, par courriel. 

Même son de cloche du côté d’exo, qui devra faire circuler ses trains jusqu’à la Gare Centrale trois mois de plus que prévu. «Toutes nos ressources s’affairent actuellement à opérationnaliser le report de la fermeture du tunnel et à répondre dans les meilleurs délais possible au fort volume d’appels de la clientèle», a fait savoir le porte-parole Louis-André Bertrand.