/24m
Navigation

Un repas de Noël pour les femmes vulnérables

Un repas de Noël pour les femmes vulnérables
BÉATRICE ROY-BRUNET/24 HEURES/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Près de 300 femmes vulnérables et sans-abri ont profité mardi du traditionnel repas de Noël organisé chaque année par l’organisme d’aide aux femmes en difficulté Chez Doris.  

«Aujourd’hui, c’est la fête. On attend l’année 2020, ça porte bonheur. Chez Doris, ils m’ont beaucoup aidée», a raconté Hadjira Bourekba, assise à une des grandes tables du Collège LaSalle, où se déroulait l’événement. Cette dernière, arrivée d’Algérie en 2015, participe à ces festivités depuis 2 ans.  

Ce moment de célébration est une opportunité d’amener «du plaisir et de la joie» dans la vie de ces femmes, abonde la directrice générale de l’organisme, Marina Boulos-Winton.  

 

Un repas de Noël pour les femmes vulnérables
BÉATRICE ROY-BRUNET/24 HEURES/AGENCE QMI

 

Sous le seuil de la pauvreté  

Les femmes présentes lors du repas de Noël ont rarement l’occasion de se divertir et de dépenser pour un bon repas. «Elles sont toutes sous le seuil de la pauvreté», a expliqué Mme Boulos-Winton.  

Selon la directrice générale de Chez Doris, 20 à 30% des participantes seraient dans une situation d’itinérance, et la moitié d’entre elles auraient déjà vécu de l’itinérance dans le passé. Le revenu moyen de plusieurs femmes dans la salle s’élèverait à 850$ par mois, estime-t-elle.  

«De voir l’expression des femmes aujourd’hui, de voir comment elles dansent, on voit qu’elles ne le font pas souvent», a-t-elle ajouté.  

 

Un repas de Noël pour les femmes vulnérables
BÉATRICE ROY-BRUNET/24 HEURES/AGENCE QMI

 

Repas de Noël  

Des bénévoles et des policiers des postes 12, 20 et 5 ont assuré le service du repas préparé par le restaurant Le Blumenthal.  

Au courant de la matinée, une piste de danse a été aménagée au centre des tables. Un cadeau personnalisé a également été remis à chacune des participantes.  

Chez Doris offre des services et des programmes aux femmes luttant contre l’itinérance, la pauvreté, la maladie mentale ou la toxicomanie.