/misc
Navigation

Jean Charest à la tête du Parti conservateur?

Quel revirement de situation ce serait! C'est presque un cadeau de Noël pour les analystes.

Jean Charest à la tête du Parti conservateur?
Marc DesRosiers

Coup d'oeil sur cet article

Jean Charest réfléchirait sérieusement à la possibilité de briguer la chefferie du Parti conservateur du Canada.  

Quel revirement de situation ce serait! C'est presque un cadeau de Noël pour les analystes.  

Un rival qui change la donne  

Sur le plan stratégique, la candidature de Jean Charest viendrait définitivement mettre du sable dans l'engrenage de Justin Trudeau. Machine politique, Jean Charest bénéficie d'une liste d'appuis potentiels longue comme le bras.  

Toujours actif sur la scène médiatique, sa notoriété n'a pas baissé depuis son départ du Parti libéral du Québec.  

Jean Charest cumule les points forts pour séduire tant les militants conservateurs que les électeurs canadiens en général. Parfaitement bilingue, expérimenté, charismatique, il connaît la réalité des régions comme celle des grandes villes. Il comprend les enjeux propres à chaque province et il est reconnu pour sa capacité à négocier et à créer des consensus.   

Il est, de loin, l'un des candidats potentiels les plus susceptibles de générer de l'intérêt pour la course chez les conservateurs. Surtout qu'il a déjà dirigé ce parti dont il connaît les rouages comme le fond de sa poche.  

Mais la corruption? L'UPAC?  

À ceux qui croient que l'enquête de l'UPAC sur le financement du Parti libéral à l'époque de Jean Charest pourrait freiner certaines ardeurs des militants, je répondrais ceci: les militants convaincus s'en foutent pas mal et le commun des mortels probablement aussi. Entre le prix du lait, le salaire minimum et l'économie qui roule à fond, Pierre, Jean, Jacques a d'autres chats à fouetter.  

L'enquête de l'UPAC traîne en longueur et plus le temps passe, moins les chances d'accuser ou de condamner qui que ce soit augmentent. Au contraire.  

D'ailleurs, si preuve il y avait, elle aurait probablement déjà mené au dépôt d'accusations. Or, personne, pour le moment, n'arrive à prouver quoi que ce soit ou à monter un dossier qui tient la route devant un tribunal.  

À ce jour, Jean Charest n'est accusé de rien et encore moins condamné pour quoi que ce soit.   

Pour les amateurs de politique, le fantasme ultime serait certainement une campagne électorale opposant Justin Trudeau à Jean Charest.   

"Debater" redoutable, incomparable sur le terrain en campagne, Jean Charest bousculerait certainement Justin Trudeau sur plus d'un flanc. C'est probablement sur le fond qu'il viendrait donner le plus de fil à retordre à l'actuel premier ministre.  

Jean Charest connaît ses dossiers sur le bout des doigts, ses capacités à vulgariser et à communiquer font sa renommée. On ne peut pas toujours en dire autant de Justin Trudeau.  

Décidément, la campagne à la chefferie du Parti conservateur s'annonce la plus intéressante des prochains mois, loin devant celle du PLQ, du PQ et du Parti vert.