/news/politics
Navigation

La Chine achète l’ex-hôpital Shriners

Pékin paye 17,5 M$ pour s’établir à flanc de montagne

Hôpital des Shriners
Photo Pierre-Paul Poulin Le gouvernement chinois a payé 17,5 M$ pour l’ancien hôpital Shriners (qu’on voit en arrière-plan), soit 8,5 M$ de moins que l’évaluation municipale.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement chinois met la main sur l’ancien hôpital Shriners pour son nouveau consulat montréalais, en plein site historique du Mont-Royal. 

Pékin n’a pas encore arrêté ses plans, mais il pourrait décider de démolir la propriété, acquise pour 17,5 M$, pour se construire un nouvel immeuble. 

Une autre option serait de modifier les anciennes installations du Shriners, spécialisé dans les soins orthopédiques pour enfants, aujourd’hui installé sur le nouveau site du Centre universitaire de santé McGill. 

Hôpital des Shriners
Photo Pierre-Paul Poulin

Chose certaine, la transaction fait grincer des dents aux Amis de la montagne. L’organisme souhaitait plutôt que l’immeuble et les terrains soient intégrés au domaine public et au parc du Mont-Royal. 

« Ce qu’on préconise, c’est de conserver la vocation publique de l’immeuble et du terrain, qu’ils soient accessibles à la population, dit Hélène Panaïoti, directrice générale des Amis de la montagne. Le site est enclavé dans une forêt magnifique et il y a possibilité de créer de nouveaux liens avec le centre-ville. » 

Le consulat chinois est conscient qu’il s’installe sur le site patrimonial du Mont-Royal. Pékin dit vouloir prendre toutes les précautions nécessaires pour réaménager la propriété, qui offre une vue spectaculaire sur le centre-ville, le fleuve Saint-Laurent et les collines montérégiennes. 

« Pour les prochaines étapes, nous devrons obtenir l’avis des autorités locales, consulter la municipalité, dit Wenzhang Wang, responsable des communications au consulat de Montréal. Les travaux devront être en cohérence avec l’écologie de la montagne. » 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Discussions à venir 

Le gouvernement chinois compte d’ailleurs contacter Les Amis de la montagne. Il étudie déjà la possibilité de démolir la route d’accès actuelle pour la remplacer par un nouveau chemin moins imposant et céder une partie du terrain au parc du Mont-Royal. 

Chose certaine, le nouveau consulat ne sera pas prêt avant « plusieurs années », compte tenu des travaux à effectuer, dit le responsable des communications au consulat général de Chine à Montréal, Wang Wenzhang. 

« On va démontrer notre volonté de respecter l’environnement, avec des matériaux et un design écologiques », assure le porte-parole. 

Devenir proprio 

Le consulat chinois se tourne vers le Mont-Royal après huit ans de recherches pour un emplacement permanent.  

Installé depuis 2011 dans des locaux loués de la rue Sainte-Catherine Ouest, le gouvernement chinois voulait régulariser sa situation immobilière dans la métropole. « D’après les conventions, on devrait être propriétaires de nos installations diplomatiques », dit Wenzhang Wang. 

Peu de joueurs sur le marché semblaient intéressés par l’immeuble, qui était en vente depuis 2017. Pékin l’acquiert pour 8,5 M$ de moins que son évaluation municipale.