/opinion/columnists
Navigation

La femme supérieure à l’homme?

Coup d'oeil sur cet article

Barack Obama a toujours su se faire applaudir par les mondains. Il vient de le confirmer. En conférence à Kuala Lumpur, il a affirmé, comme si cela allait de soi, que les femmes étaient meilleures leaders que les hommes, et qu’il suffirait de leur confier les commandes de la planète pour améliorer le sort de nos sociétés.

Obama se veut modéré : les femmes ne sont pas parfaites, concède-t-il. Mais on ne saurait apparemment contester leur supériorité.

Féminisme

Comment réagir devant cela ? Ceux qui veulent bien paraître en société applaudissent immédiatement, au cas où on les regarderait. Dans une époque où le néoféminisme est devenu une forme d’idéologie obligatoire, mieux vaut s’agenouiller dès qu’on l’évoque.

Si l’on ne veut pas avoir mauvaise réputation dans les médias, mieux vaut ne pas s’y montrer trop réfractaire. Il faut même s’y rallier de manière ostentatoire.

Pourtant, pour peu qu’on la prenne au sérieux, cette affirmation d’Obama est d’une violence symbolique renversante. Car formulons autrement ce qu’il dit : si la femme est supérieure à l’homme, c’est que l’homme lui est inférieur. Si la femme vaut mieux que l’homme, c’est que l’homme vaut moins que la femme.

C’est une pure question de logique.

Et apparemment, l’ancien président américain peut dire cela sans créer de tempête, sans qu’on le lui reproche.

Si les mots veulent encore dire quelque chose, comment ne pas voir là une manifestation relevant purement et simplement du sexisme ? Qu’il s’agisse d’un sexisme à l’avantage des femmes plutôt que des hommes ne change rien à l’affaire.

Au cœur de l’idéal démocratique de notre temps, on croyait trouver le principe de l’égalité entre les sexes. Doit-on comprendre qu’il est dépassé, révolu, démodé ?

Imaginons un seul instant si Donald Trump expliquait que selon lui, les femmes ne doivent surtout pas accéder au pouvoir parce qu’elles déstabiliseraient le monde et le fragiliseraient. Nous serions tous scandalisés par une semblable déclaration. On l’accuserait d’inférioriser la moitié de l’humanité et de tenir un discours haineux. On exigerait non seulement des excuses, mais sa démission.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

À jamais, sa parole serait discréditée. Avec raison !

Rien de tout cela n’arrivera à Barack Obama, bien évidemment. Car notre époque, manifestement, est favorable au sexisme, pour peu qu’il cible les hommes, tout comme elle se montre indifférente ou même favorable au racisme, quand il vise les Blancs.

Inférieur

Et lorsqu’il s’agit de détester le mâle blanc lui-même, elle ne sait plus se contenir. C’est le salaud universel, contre qui tout est permis. Il existe apparemment un sexisme et un racisme « progressistes » qui ne méritent aucune sanction idéologique.

Qu’une femme soit aussi qualifiée qu’un homme pour occuper n’importe quelle fonction, cela relève de l’évidence. Qu’il soit nécessaire, dans bien des régions du monde, de lutter contre des structures sociales subordonnant les femmes, tous en conviennent.

L’égalité des sexes est l’horizon naturel et désirable de la démocratie. Mais il ne faudrait pas la confondre avec une forme de sexisme bon chic bon genre. Sommes-nous condamnés à la guerre des sexes ?