/finance/business
Navigation

Morgan Stanley licencie 45 travailleurs québécois

Coup d'oeil sur cet article

Une quarantaine d’employés montréalais de la banque d’affaires américaine Morgan Stanley ont perdu leur poste la semaine dernière à quelques jours de Noël, a appris Le Journal.

« Le licenciement collectif a pris effet le 10 décembre 2019 », a confirmé au Journal la porte-parole du ministère du Travail, Catherine Poulin.

Les employés remerciés travaillaient aux bureaux de Montréal du géant de la finance de la rue Wellington, en plein cœur de la Cité du multimédia.

Au début du mois, des médias américains ont rapporté que la banque s’apprêtait à supprimer plus de 1500 postes dans le monde, soit 2 % de ses effectifs. 

Comme Citigroup et Deutsche Bank, Morgan Stanley supprime ces emplois au moment où les plateformes de courtage en ligne commencent à gruger leurs parts de marché.

Crédits d’impôt

Au Québec, Morgan Stanley fait partie des principaux bénéficiaires des crédits d’impôt pour le développement des affaires électroniques et pour la production de titres multimédias avec Ubisoft et CGI.

Cette année, ces crédits coûteront près de 700 millions de dollars aux contribuables québécois. Il s’agit d’une hausse de plus de 40 % par rapport à il y a cinq ans, comme l’a révélé Le Journal l’automne dernier.

Au troisième trimestre, la firme Morgan Stanley a engrangé des profits de 2,17 G$ US avec des ventes de 10 G$ US. Hier, la banque était valorisée à plus de 108 G$ US en Bourse.

La semaine dernière, Morgan Stanley s’est fait taper sur les doigts en France par la Commission des sanctions de l’Autorité des marchés financiers (AMF) qui lui a donné une amende de près de 30 millions de dollars pour avoir manipulé le cours de la dette au pays en 2015.

Jointe par Le Journal, Morgan Stanley n’a pas répondu à nos demandes d’entrevues.

– Avec la collaboration de Philippe Orfali