/opinion/columnists
Navigation

Quelle place pour les problèmes des hommes?

Stressed businessman sitting in office
photo adobe stock

Coup d'oeil sur cet article

On retiendra que 2019 aura été une année exceptionnelle pour le féminisme. Le discours féministe a occupé un large espace dans le public. La rhétorique féministe s’est imposée dans une relecture de l’histoire comme dans la compréhension du présent.

Il y a une solide raison : pendant des années, les femmes n’ont pas eu leur place et les jeunes femmes n’ont pas eu les mêmes opportunités. La montée d’un nouveau discours féministe chez les jeunes s’est bien sentie ces dernières années. Et s’accompagne d’une certaine radicalisation.

On ne peut reprocher à des jeunes femmes de vouloir repousser les dernières limites d’une recherche d’égalité. Ni de vouloir mettre fin aux désolants et révoltants épisodes de violence envers les femmes. Plusieurs ont trouvé la mort cette année encore, dans des circonstances indicibles.

Je me permets quand même de constater la conséquence de la montée d’une approche féministe plus radicale. Il devient interdit ou même insidieux de parler des problèmes des hommes. Le sous-entendu du cri féministe, c’est que les hommes vont bien. Pouvoir, argent, bonheur, l’homme blanc d’Amérique va particulièrement bien. Le jeune homme voit devant lui une vie remplie de promesses.

Pourtant.

Chiffres troublants

Un peu plus du trois quarts des suicides commis au Québec l’ont été par des hommes.

Selon les dénombrements effectués ces dernières années, les trois quarts des itinérants sont des hommes.

Les garçons sont 13 % moins nombreux que les filles à obtenir leur diplôme du secondaire après les cinq années normales de scolarité. Si l’on ajoute deux années supplémentaires pour terminer son secondaire, l’écart diminue, mais demeure de 10 %.

Un jeune gars sur quatre va quitter l’école sans diplôme de niveau secondaire. Que leur réserve le marché du travail dans cette économie du savoir ?

L’université inégalitaire

Les hommes ne représentent plus que 42 % des étudiants universitaires. Ils sont minoritaires dans 9 des 10 grands champs d’études universitaires, incluant les sciences pures.

Il ne reste que les sciences appliquées où les hommes sont encore en majorité. La chose est perçue comme un problème majeur au point où le gouvernement finance le programme « Chapeau les filles ».

Est-ce que quelqu’un s’inquiète de la présence très faible d’hommes, qui ne représentent même pas le tiers des diplômés dans plus de la moitié des grands champs d’études ? Rien vu.

Dans un rapport où l’on constate la dominance des femmes à l’université, le Conseil du statut de la femme s’interroge sur l’écart salarial qui persiste pour un diplôme dit équivalent. C’est en effet un questionnement valable. Mais qui s’interroge sur la sous-représentation des hommes à l’université ? Sur leur quasi-disparition d’un grand secteur comme la santé ? Personne.

La vraie question est la suivante : est-ce permis de parler des problèmes des hommes ? Est-ce que je commets un outrage social en signant ce texte ?

Je reste optimiste. Peut-être approchons-nous du jour où nous élirons comme première ministre une femme, mère de garçons, qui osera nommer les problèmes pour leur avenir.