/news/society
Navigation

Dézonage agricole: le promoteur du Quartier – Forestia dénonce la décision de la CMM

Le projet immobilier Quartier–Forestia à Boisbriand
CAPTURE D'ÉCRAN, TVA NOUVELLES Le projet immobilier Quartier–Forestia à Boisbriand

Coup d'oeil sur cet article

BOISBRIAND | Le promoteur du Quartier–Forestia, un vaste ensemble immobilier proposé à Boisbriand, dans les Laurentides, dénonce la décision de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), qui se montre défavorable au dézonage agricole nécessaire pour la réalisation du projet.

Le Quartier-Forestia, qui repose sur un investissement de 1,25 milliard $ et devait initialement commencer à prendre forme en 2021, propose la réalisation de 5000 unités d’habitation dans le cadre d’un quartier TOD, pour Transit Oriented Development, avec 53 hectares d’espaces verts, incluant une érablière de 15 acres ouverte au public, des parcs, des sentiers pédestres et des voies cyclables.

Pour ce faire, il faut dézoner un terrain de 137 hectares, l’un des derniers sites de cette taille disponible pour développer un important ensemble résidentiel sur la Rive-Nord.

La CMM a indiqué, le 5 décembre dernier, qu’elle n’est pas favorable qu’on demande à la Commission de protection du territoire agricole du Québec d’autoriser le dézonage agricole des terrains convoités pour le Quartier – Forestia, près du carrefour des autoroutes 13 et 640.

Raymond Lessard, président de Le Quartier – Forestia, affirme que les élus de la CMM ont pris une décision en se basant vraisemblablement sur des «éléments d'information soit erronés, voire obsolètes», d’autant plus que le site ne fait «l'objet d'aucune activité agricole, et ce, depuis presque deux décennies», a-t-il indiqué, vendredi, par communiqué.

«Il est inexact de prétendre que des espaces disponibles au développement résidentiel sont encore existants sur le territoire de la CMM autant que dans ceux de la MRC Thérèse-de-Blainville et dans la ville de Boisbriand», selon Raymond Lessard.

«Son enclavement à l'intérieur de la zone non agricole, sa localisation circonscrite sur trois côtés par un secteur résidentiel à l'Est, et par les autoroutes 13 et 640 à l'Ouest et au Nord, rendent ce site peu accessible pour les agriculteurs provenant de l'extérieur et ses perspectives futures peu attrayantes», a dit M. Lessard.

Selon la CMM, «les 139 hectares de terres visés sont des terres de très bonne qualité, dont 111 sont déjà en culture», indiquait-on au début du mois, en précisant de plus que «les espaces disponibles sur le territoire de la CMM sont suffisants pour accueillir la croissance prévue de 230 000 ménages d’ici 2031».

«Le projet va à l’encontre du [Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD)], qui vise à augmenter de 6 % la superficie globale des terrains cultivés à l’échelle métropolitaine d’ici 2031 et à consolider le développement dans le périmètre urbain», a-t-on aussi mentionné.