/opinion/columnists
Navigation

J’espère que le père Noël a une grosse poche

Santa Claus making a silence gesture, on dark background
Photo Adobe Stock Mes souhaits pour Noël...

Coup d'oeil sur cet article

Quels cadeaux je veux à Noël ?

Simple.

Que les gens qui ne sont pas d’accord avec les déclarations de certaines personnes les contactent, non pour les insulter, mais pour argumenter.

Répondre à des idées par des idées.

TOUS ENSEMBLE

Que les partis politiques mettent la partisanerie de côté et travaillent ensemble comme ils l’ont fait pour le dossier de l’aide médicale à mourir afin de trouver des solutions aux problèmes urgents qui affectent le Québec — la maltraitance des enfants, la violence envers les femmes, la santé mentale, les fuites de données.  

Qu’on parle autant de pauvreté que de coton ouaté.

Que les écologistes cessent d’annoncer la fin du monde, et que les climatosceptiques cessent de nier le problème.

Que les Verts se trouvent une porte-parole qui est capable de faire autre chose que de s’indigner.

Qu’on cesse de recycler les politiciens. « Un jour chez les Rouges, un jour chez les Bleus. Un jour au provincial, un jour au fédéral. Un jour souverainiste, un jour fédéraliste. »

Vous n’êtes pas tannés de changer de couleurs, de partis, de programmes et d’orientations selon la direction du vent ?

Vous ne voyez pas que ça ne fait que nourrir le cynisme ?

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

 

LE GBS

Qu’on protège autant le fonds de pension des retraités que les emplois des travailleurs. Ce n’est pas parce que tu ne travailles plus que tu n’es pas important.

Qu’on n’oublie pas ce qu’on appelait avant le Gros Bon Sens. C’est bien beau, les théories flyées qui réinventent le monde, mais il existe quelque chose qui s’appelle la « réalité ». Dans le monde réel, il y a encore des hommes et des femmes, que ça vous plaise ou non.

Que les féministes cessent de perdre leur temps avec l’écriture inclusive, les gars qui écartent trop les jambes dans le métro ou la parité chez les animaux empaillés exposés dans les musées d’histoire naturelle, et qu’elles s’intéressent de nouveau aux vraies affaires : la violence envers les femmes, l’iniquité salariale et le traitement scandaleux des femmes en Inde, en Iran ou en Arabie Saoudite.

Que nous sortions tous de notre niche idéologique, et que nous recommencions à parler avec des gens qui ne pensent pas comme nous. N’oublions pas : c’est du choc des idées que naît la lumière.

Qu’on remette la religion à sa place : aux côtés de l’astrologie, de la cartomancie et de la rumpologie (l’art de lire l’avenir dans les fesses).

Abroger des lois pour respecter des croyances basées sur des contes écrits il y a 2000 ans, ça va faire.

DEBOUT !

Que Greta ose faire la leçon aux Chinois et aux Indiens, au lieu de toujours viser les mêmes cibles.

Que l’Occident cesse de se mettre à genoux devant des régimes qui ne respectent pas ses valeurs et veulent sa perte.  

Et que les véganes m’expliquent pourquoi on ne devrait pas manger de miel. Je ne savais pas qu’on produisait du miel en enfermant les abeilles dans des enclos et en les trayant.

C’est juste ça que je veux pour Noël...

C’est rien, non ?

Sur ce, Joyeux Noël, chers amis, je vous souhaite de l’amour, des amis et des fous rires.