/lifestyle/columnists
Navigation

Comment régler ce problème une fois pour toutes?

Coup d'oeil sur cet article

Depuis mon divorce, la période des Fêtes en est une de tristesse et de colère pour moi. Je me retrouve seule pour les deux semaines qui couvrent Noël et le jour de l’An, parce que leur père choisit exactement ce moment pour emmener nos deux enfants en voyage dans le sud. Chaque année il exerce une pression telle que je me retrouve dans l’obligation d’accepter de les laisser partir avec lui et de me priver d’eux pour les deux fêtes les plus importantes et significatives de l’année.  

Mes enfants sont privés de voir leurs grands-parents, cousins, cousines, tantes et oncles du côté maternel, parce qu’on leur fait miroiter le sud comme une destination de rêve dont ils ne peuvent se passer. Chaque année une guerre ouverte se livre entre mon ex et moi tout le long de l’automne. J’ai droit aux pleurs des enfants qui tiennent à ce voyage et aux arguments virils d’un ex qui leur présente ce voyage comme le Saint-Graal.  

J’aimerais être capable de mettre mon pied par terre pour exiger de les avoir avec moi pour une des deux fêtes, mais je cède toujours devant les arguments du père, pour qui c’est la seule période disponible, et les larmes des enfants. Et je m’en veux à chaque année. Qui est-ce qui s’ennuie de devoir fêter Noël seule pendant que ça s’amuse en bord de mer ? Je me sens lésée et je ne sais pas quoi faire pour arrêter ça sans frustrer les enfants qui tiennent à ce voyage. Ils sont partis ce soir et ils me manquent déjà. 

Anonyme 

Le véritable empêchement au règlement définitif de ce litige réside justement entre les mains de vos enfants. « Ils tiennent à ce voyage », dites-vous ? Alors comment voulez-vous satisfaire votre impératif besoin d’eux pendant au moins une partie du temps des fêtes sans les frustrer ? Est-ce qu’un parent ne devrait pas justement atteindre à une certaine capacité de contrôler ses envies pour permettre à ses enfants de réaliser les leurs ? Pourquoi ne pas décréter une autre période de festivités à la fin janvier ou en février pour compenser ?