/sports/opinion/columnists
Navigation

Cayden Primeau: l’art de mêler un jeune

Canadiens de Montréal entrainement
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin Après avoir brillé avec le Canadien, le jeune gardien de 20 ans Cayden Primeau en arrache avec le Rocket.

Coup d'oeil sur cet article

Ce qui retient le plus mon attention chez le Canadien, cette semaine, ce n’est pas le voyage dans l’Ouest, mais les performances du gardien de 20 ans Cayden Primeau avec le Rocket de Laval. Le Tricolore vient d’écrire un autre chapitre dans l’art de mêler un jeune espoir.

Vendredi, Primeau a concédé cinq buts dans un match pour la deuxième fois en une semaine dans la Ligue américaine et ce, après avoir été choisi la première étoile au Centre Bell avec le Canadien à sa première victoire dans la Ligue nationale contre les Sénateurs d’Ottawa, le 11 décembre.

Le titre de ma dernière chronique après son renvoi à Laval était d’ailleurs : Injustice envers Primeau . Si le Canadien avait rappelé Charlie Lindgren plutôt que Primeau, le 2 décembre, je ne m’en serais pas offusqué. Je n’aurais eu aucun problème avec ça, car au départ, je souhaitais qu’on laisse Primeau se développer à Laval à sa première saison professionnelle.   

Toutefois, c’est lui qu’on a rappelé et il a livré la marchandise. Il a fait tout ce qu’on lui demandait et il a été « récompensé » par un retour à Laval. C’est un coup de poignard dans le dos de l’organisation envers un de ses meilleurs espoirs.

Comment voulez-vous que ce jeune ne soit pas ébranlé ? Il joue dans la Ligue américaine, mais sa tête est dans la Ligue nationale. Je suis passé par là et je comprends parfaitement ce qu’il vit. Il se sent trahi. Pas étonnant qu’on lui ait laissé une semaine d’entraînement avant son deuxième départ.

Trahison

Je serais tout aussi mêlé que Primeau dans la même situation. Je me suis aussi senti trahi par le Canadien le 17 juillet 1997, lorsque le directeur général Réjean Houle a fait l’acquisition du vétéran Andy Moog. Si j’avais eu à jouer le lendemain ou la semaine suivante, même dans la Ligue américaine, je n’aurais pas été prêt mentalement.

Tout comme Primeau, j’avais 20 ans. J’étais en furie et j’avais demandé une rencontre avec Réjean Houle avec mon agent. Moog allait seconder Jocelyn Thibault et j’étais destiné à jouer à Fredericton avant même le camp d’entraînement. Je voulais qu’on
m’explique, car j’avais prouvé certaines choses.

J’avais été rappelé en février 1997 et je poussais dans le dos de Jocelyn. En séries, on tirait de l’arrière 0-3 contre les Devils du New Jersey. L’entraîneur Mario Tremblay m’avait donné le départ pour le quatrième match à Montréal. Nous avions gagné 4 à 3 en troisième période de prolongation sur un but de Patrice Brisebois contre Martin Brodeur. J’avais arrêté 56 tirs sur 59 à mon premier match en séries dans la LNH.

Nous avons perdu le match suivant au New Jersey, 4 à 0, mais j’avais tout de même arrêté 45 tirs sur 49. Malgré l’élimination, je m’imaginais avec le Canadien pour la saison 1997-1998 (comme bien des gens), mais Jocelyn était le gardien obtenu contre Patrick Roy et on l’a protégé.

Contrairement à Primeau, j’ai eu presque deux mois pour me préparer mentalement avant de renouer avec l’action et j’étais prêt au camp d’entraînement, mais je vais vous faire une confession.

Dans ma tête, je me voyais déjà dans un autre uniforme que celui du Canadien. Les choses ont éventuellement bien tourné, mais même dans mes belles années à Montréal, j’ai toujours eu une certaine rancœur envers l’organisation.

Je ne sais pas ce que Primeau pense, mais la direction lui a tourné le dos et je ne serais pas étonné qu’il s’imagine déjà ailleurs, lui aussi. Sa seule option est de se retrousser les manches rapidement, mettre son orgueil de côté et penser à lui. Plus facile à dire qu’à faire, cependant, car c’est toute une claque qu’il vient de recevoir. Ce n’est rien pour renforcer son sentiment d’appartenance envers le CH.

– Propos recueillis par Gilles Moffet  

Entrefilets  

Gestion des gardiens  

Canadiens de Montréal entrainement
Photo d'archives, Martin Chevalier

Je ne sais pas comment on prend les décisions chez le Canadien en ce qui concerne la gestion des gardiens, mais c’est difficile. J’ai comme l’impression qu’on ne consulte pas Stéphane Waite. Waite comprend certainement mieux l’aspect mental du métier que Marc Bergevin, et, dans ce sens, le retour de Cayden Primeau à Laval est illogique. De façon générale, Bergevin est plutôt gagnant dans ses transactions, mais l’acquisition de Keith Kinkaid est une erreur.

Lindgren contre les Panthers?  

Canadiens de Montréal entrainement
Photo d'archives, Martin Chevalier

Le Canadien aura une séquence de trois matchs en quatre jours, la semaine prochaine, dont un à Tampa samedi et un autre à Sunrise dimanche. J’ai l’impression que l’on verra Charlie Lindgren contre les Panthers. Ça serait bien qu’il fasse le travail, mais quelle sera la suite des choses si ce n’est pas le cas. Le Canadien ne peut se permettre d’échapper bien des points.

Danault et Domi  

Canadiens de Montréal entrainement
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin

Le héros obscur du Canadien cette saison est sans aucun doute, Phillip Danault. Ce gars-là livre la marchandise soir après soir et, à mon avis, il mérite d’avoir plus de temps de jeu en avantage numérique. On ne peut en dire autant de Max Domi. Bon, Domi a produit dernièrement, mais il n’est tout de même pas une machine offensive. Il doit jouer de la bonne façon dans les deux sens de la patinoire et ce n’est pas le cas. Il semble juste heureux d’obtenir ses points. Parfois, ça n’irrite que l’entraîneur, mais là, j’ai l’impression que ça irrite aussi ses coéquipiers.

Hall : moins de pression  

Canadiens de Montréal entrainement
Photo AFP

La nouvelle de la semaine est l’acquisition de Taylor Hall par les Coyotes de l’Arizona. Il aura certainement moins de pression là-bas. Dommage toutefois que leur gardien, Darcy Kuemper, se retrouve sur la liste des blessés. Je le voyais comme le favori pour gagner le trophée Vézina. Est-ce que le prochain gros salaire dont vont se débarrasser les Devils est celui de P.K. Subban ? Ça va de mal en pis pour lui.