/sports/hockey/canadien
Navigation

Fleury veut foncer

Le jeune défenseur a toujours connu du succès en deuxième moitié de saison

HKN-HKO-SPO-MONTREAL-CANADIENS-V-CALGARY-FLAMES
Photo d’archives En deuxième moitié de saison, Cale Fleury entend en mettre plein la vue à la direction.

Coup d'oeil sur cet article

En deuxième moitié de calendrier, le dicton veut qu’on départage les hommes des enfants dans la course vers les séries éliminatoires. Même s’il en est encore à ses premiers pas dans la LNH, Cale Fleury ne reculera devant rien jusqu’en avril.

Le défenseur de 21 ans a toujours su élever son jeu dans les moments importants, autant dans les rangs juniors que l’an dernier à sa première campagne dans la Ligue américaine avec le Rocket de Laval. 

À sa dernière saison junior en passant chez les Pats de Régina en novembre 2017, à partir de la période des Fêtes, il avait engrangé 30 points, dont cinq buts, dans les 36 matchs menant vers les séries et le tournoi de la coupe Memorial. 

L’année précédente, alors qu’il portait l’écusson du capitaine du Ice de Kootenay, il avait récolté 60 % de ses points en deuxième portion de calendrier, amassant 15 points sur 25. 

À la ligne bleue du Rocket l’hiver dernier, il avait poursuivi sa progression en terminant la saison avec neuf buts et 14 mentions d’aide. 

Continuer la progression

« C’est plaisant de voir que je suis capable d’ajuster mon jeu. Je dois par contre dire que j’essaie d’offrir de bonnes performances chaque fois que je saute sur la glace, a relaté Fleury, vendredi, à l’aube de la seconde moitié de saison du Canadien.  

« La constance est très importante, mais je crois que les statistiques dans mon cheminement de carrière montrent que je deviens plus à l’aise et confiant au fil de la saison, a ajouté le choix de second tour du CH à l’encan 2017.  

« Dans cette deuxième portion de calendrier, je veux continuer ma progression. Je dois poursuivre dans mon style et travailler avec ardeur. C’est tout ce qui compte », a soutenu celui qui a marqué son unique but de la saison à la mi-novembre. 

On comprendra évidemment qu’il ne s’attardera surtout pas aux points qu’il peut inscrire au tableau. Toutefois, en se montrant efficace en territoire défensif tout en simplifiant son jeu, il pourra conserver sa place dans l’échiquier de Claude Julien. L’entraîneur-chef l’a employé dans 31 des 37 matchs depuis le début de la campagne.

Avec Mete

D’ailleurs, avec le retour au jeu de Victor Mete à Winnipeg avant la courte pause de Noël, l’instructeur a décidé de jumeler les deux jeunes loups de la brigade défensive. Serait-ce là un aperçu de la prochaine génération de la première paire de défenseurs du Tricolore ou un simple concours de circonstances alors qu’il « brassait » ses cartes ? 

Selon les dires de Julien, il a envoyé ses deux jeunes arrières ensemble sur la patinoire de « temps en temps ». Mais selon la feuille des présences, Mete a fait 14 de ses 17 apparitions sur la glace en compagnie de Fleury. À l’inverse, ce dernier était jumelé à Mete à 14 de ses 20 présences. 

Et lors de l’entraînement avant le départ vers la Floride, vendredi, les deux jeunes loups étaient réunis. On verra bien si de « temps en temps » signifiera une paire régulière lors des rencontres face au Lightning, aux Panthers et aux Hurricanes.

Mais à en croire ses propos, Fleury aime bien évoluer à la droite de Mete. « Le plus souvent nous pouvons jouer ensemble, le mieux ce sera. Habile patineur, Victor est rapide. Il se déplace avec facilité. Il est très utile, a justifié celui qui a connu plusieurs partenaires de jeu cet automne.  

« Avec la transition du jeu qui nécessite moins de grosses présences physiques, l’exécution, le mouvement de rondelle et la rapidité prévalent. Je crois qu’on colle au style de jeu de la ligue. »