/opinion/blogs/columnists
Navigation

Survivre au temps des Fêtes

Christmas and New Year interior - blur background: fireplace, lamps, green Christmas tree, brown leather sofa, gifts, candles, moose rocking chair.  Lots of lights glowing in the dark.
SDammer - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Survivre au temps des Fêtes, on fait ça comment? Paraît que malgré tout le battage publicitaire sur l’extase qu’il y aurait à magasiner jusqu’à épuisement avant et après le jour de Noël, les gens seraient plus nombreux à tenter de changer la donne. Petit à petit, quoi.  

À chacun sa manière. La mienne? Cette année, j’ai décidé très consciemment de réduire mon «empreinte» de consommation des Fêtes. Et vous savez quoi? Ça marche!   

Moins de stress. Beaucoup moins de temps passé dans les magasins à se faire marcher sur les pieds – au propre et au figuré -, par du monde super pressé à acheter LE cadeau du siècle. Pas d’endettement inutile. Pas de course au supposées MÉGA ventes de MÉGA TV qui, on le sait pourtant, sont souvent des attrapes nigauds.  

Bref, au lieu de «survivre» au temps des Fêtes, on essaie plus de le «vivre».  

 Les cadeaux? Moins nombreux, mais mieux pensés, mieux réfléchis, visant plus le bonheur de bons moments passés ensemble que l’accumulation de «choses». Ex. : une sortie avec resto et un bon spectacle. De la culture à donner et à partager. Eh oui, des cadeaux qu’on partage. Pourquoi pas?  

Le 26 décembre, au lieu de me précipiter au «Boxing Day» dans des magasins bondés avec des clients impatients et des employés hyper fatigués avec raison, j’ai offert avec ma petite sœur d’aller bruncher et ensuite, grosse surprise, d’aller voir le dernier spectacle du Cirque du Soleil: Axel. Elle en était ravie!   

Les critiques sont certes mitigées, mais pour le dire clairement, nous, on a adoré! Tout plein de familles, d’enfants, de parents et de grands-parents. Du plaisir pur. On a chanté, dansé. Les prouesses sur glace – et dans les airs -, des artistes du Cirque du Soleil nous ont émerveillées. Du vrai fun, quoi. De beaux souvenirs, des vrais, pas juste du matériel.  

 L’an prochain, je crois bien récidiver et en faire une nouvelle tradition. Des cadeaux, oui, mais pour se faire en même temps de beaux souvenirs pour l’avenir. La culture, qu’elle ait un «c» majuscule ou pas, ça s’offre et ça se partage tellement mieux.    

Et vous? Modifiez-vous un peu la donne du festival de la consommation chronique qu’est malheureusement devenu Noël? Juste un peu, c’est déjà un beau changement. Un vrai changement. Petit train de Noël ira loin...