/sports/huntfish
Navigation

Début de saison difficile pour les motoneigistes

Coup d'oeil sur cet article

La neige se fait rare sur le Québec par les temps qui courent et ça ne fait pas forcément l’affaire de tous. Les amateurs de motoneige sont forcés d’être patients puisque la plupart des sentiers sont toujours fermés. 

Par exemple, dans la région de Charlevoix, seulement 2 clubs sur 11 sont ouverts. 

La situation a aussi beaucoup de conséquences pour les commerçants, qui comptent sur cette industrie pour bien terminer l'année. 

«C'est désastreux, d'abord pour les motoneigistes, mais également pour les commerçants, les hôteliers, les locataires de motoneige, les restaurants, les stations d'essence», a énuméré Jean Mainguy de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec. 

Jordan Poulin, un commerçant d’équipements de motoneiges, constate en effet que les répercussions se font sentir, mais assure qu’elles sont jusqu’ici minimes. 

«Ça va se rattraper, on s’attend (à ce) que notre clientèle vienne nous voir en grand nombre dans les prochains jours», a ajouté le responsable d’ADM Sport, optimiste. 

Car ce n’est que plus tard cet hiver qu’il sera réellement possible de mesurer les effets de cette saison tardive sur l’industrie. 

Malheureusement, les précipitations prévues au cours des prochains jours ne permettront pas forcément l’ouverture de tous les sentiers fermés. 

«Même s’il tombe une tempête en fin de semaine, il faut penser que la signalisation n’est pas encore installée, car elle s’installe sur des piquets qui sont plantés dans la neige. Alors il va falloir beaucoup de neige pour pouvoir faire l'installation», a expliqué Jean Mainguy. 

Selon la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec, cette industrie génère 3,4 G$ de revenus au Québec.