/sports/fighting
Navigation

Pascal remporte une guerre d’usure

Le Québécois gagne par décision partagée des juges

BOXING-DAVIS-VS-GAMBOA/
Photo Reuters Jean Pascal et Badou Jack ont disputé un solide combat à Atlanta, hier soir.

Coup d'oeil sur cet article

ATLANTA | Jean Pascal est toujours champion du monde. Toutefois, ce ne fut pas une partie de plaisir dans le ring du State Farm Arena, hier soir.    

Le Québécois (34-6-1, 20 KO) a conservé son titre WBA des mi-lourds après avoir vaincu le Suédois Badou Jack (22-3-3, 13 KO) par décision partagée des juges (114-112 x 2 en faveur de Pascal, 114-112 pour Jack).     

BOXING-DAVIS-VS-GAMBOA/
Photo Reuters

Une décision qui a été huée par la foule pendant plusieurs minutes. Du même coup, Pascal met la main sur la ceinture WBC Argent des mi-lourds.     

Il devient le premier aspirant pour affronter le champion Artur Beterbiev.    

Il s’agissait d’une première défense de son titre pour le pugiliste de 37 ans.    

On s’attendait à une guerre du premier au dernier round et c’est ce à quoi on a eu droit. Pascal et Jack ont tout laissé sur le ring. Le rythme du combat a été impressionnant.     

«J’ai réussi à remporter le combat par décision partagée sur une carte de Floyd Mayweather et contre un boxeur de Floyd Mayweather dans un combat présenté aux États-Unis», a affirmé Jean Pascal quelques minutes après le combat.     

«Si j’ai gagné de cette façon, c’est que j’ai gagné clairement le combat, sinon ils lui auraient donné la victoire.»    

Adversaire plus coriace  

Pascal a reconnu qu’il a eu un adversaire coriace devant lui pour la première défense de son titre WBA des mi-lourds.     

«C’était un combat difficile et Badou a été plus tough que je le pensais au départ. Je l’ai ébranlé au quatrième round. Je l’ai envoyé au tapis. Je pensais que je le finirais plus vite que cela.    

«À la boxe, lorsque tu recherches le knock-out, c’est là que tu ne l’obtiens pas.»    

Pascal ébranlé  

Pascal a connu un fort début de combat, alors qu’il a remporté quatre des cinq premiers rounds. Il a notamment envoyé Jack au plancher au quatrième assaut avec une solide combinaison.     

On croyait que Jack subirait des conséquences de cette chute au plancher lors du round suivant. Toutefois, comme il l’a toujours fait au cours de sa carrière, le Suédois a été en mesure de récupérer.     

Et il a été en mesure de revenir en force dans les rounds 6, 7, 8 et 9. Encore une fois, Jack a bien failli jouer un mauvais tour à un Québécois. Au 12e round, il a ébranlé Pascal avec une solide droite.     

«Je vais devoir regarder le combat à nouveau, a indiqué Pascal. Je ne sais pas ce qui s’est passé sur cette séquence parce qu’il ne m’a pas fait mal avec ses coups.     

«La preuve, c’est que j’ai été en mesure de finir le combat en force.»