/opinion/blogs/columnists
Navigation

Les mots dits du samedi

Coup d'oeil sur cet article

Ti-Pout  

1- Autant que possible, je me lève chaque jour, ou (autant que possible) je me lève à chaque jour ? À moins d’un empêchement majeur — la paresse ne compte pas —, il est préférable de se lever chaque jour. Chaque jour, sans le « à ». Mon voisin mange de la poutine tous les jours. Tous les jours, sans le « à ». Heureusement, puisque la préposition « à » n’est généralement pas la bienvenue devant les adjectifs indéfinis chaque, tous et toutes quand ils marquent la périodicité. Ex. : Paul prend l’autobus chaque matin, mais sa conjointe fait du covoiturage tous les jours. Il en va différemment des expressions à tout moment, à tout instant (à chaque moment, à chaque instant) qui ne sauraient se passer de la préposition « à ». Information vitale : le premier plat de poutine aurait été préparé par un certain Ti-Pout.   

2- Maximilienne se perd souvent en conjonctures ou en conjectures ? Une conjecture est une supposition, une opinion fondée sur des probabilités. Une conjoncture est un ensemble de données (économiques ou sociales). Ainsi, on ne dit pas « se perdre en conjonctures », mais bien « se perdre en conjectures ». Et on dira profiter d’une conjoncture économique favorable (et non d’une conjecture favorable). Comme émigrer qui veut dire « quitter son pays pour aller s’établir ailleurs » et immigrer qui signifie « entrer dans un pays pour s’y établir », les noms conjecture et conjoncture sont des paronymes, c’est-à-dire des mots qui se ressemblent, mais n’ont pas la même signification.  

Sur le derrière  

Bernard F. n’est pas le premier lecteur de cette chronique à déplorer l’emploi de l’expression « à (en) quelque part ». P. Girard et G. Lafond, entre autres, l’ont fait avant lui, soutenant, avec raison, que la locution adverbiale « quelque part » ne doit jamais être précédée d’une préposition. C’est clair, l’expression « à (en) quelque part » n’existe pas, c’est un tic langagier. Par exemple, on dira qu’un suspect a des complices quelque part, mais pas en quelque part. On comprendra que la locution « à (ou en) quelque part » employée au sens figuré ne peut pas non plus remplacer la locution « d’une certaine manière ». « À quelque part, les politiciens se moquent des électeurs », dit celui-là qui, lui, se moque du français. Même libérée des prépositions « à » ou « en », la locution « quelque part » n’arrive pas à signifier « d’une certaine façon ». Reprenons l’exemple précédent en omettant la préposition « à ». Cela donne « quelque part, les politiciens se moquent des électeurs ». Et cela produit la question suivante : où ça, quelque part ? En effet, l’adverbe « quelque part » ne signifie rien d’autre qu’un lieu quelconque (inconnu, mais existant). Mais, non, il ne peut se substituer à « d’une certaine manière ». Récapitulons : c’est un tic de langage que de remplacer « d’une certaine façon » par « quelque part », ou, pire, par « à (en) quelque part ». Comment éviter ce tic ? Dans le langage familier, il fut un temps où, quelque part dans la francophonie, « quelque part » signifiait aussi le derrière. Oui, celui sur lequel on s’assoit. Alors, le tic langagier ? On se le met... quelque part.  

Quelle est la bonne formule ?  

1- Elle habite dans la rue XYZ ou sur la rue XYZ ?   

2- Il s’assoit dans son fauteuil ou il s’assoit sur son fauteuil ?  

Les lettres mêlées   

TNEMIINDEAUBCSLT  

Définition : Certainement  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

Réponses  

Quelle est la bonne formule ? 1- Elle habite dans la rue XYZ. 2- Il s’assoit dans — ou sur — son fauteuil.
Les lettres mêlées : INDISCUTABLEMENT