/sports/fighting
Navigation

Elbiali veut sa revanche contre Jean Pascal

L’Américain n’a pas digéré sa défaite contre le Québécois en 2017

BOXING/
Photo d'archives, USA TODAY Sports Jean Pascal avait eu raison de Ahmed Elbiali lors d’un combat présenté à Hialeah en Floride en décembre 2017.

Coup d'oeil sur cet article

ATLANTA | Avant la présentation des combats télévisés, on a pu renouer avec l’adversaire qui a relancé la carrière de Jean Pascal il y a deux ans : Ahmed Elbiali. 

L’Américain (20-1, 17 K.-O.) a battu facilement le vétéran Bryan Vera (26-16, 16 K.-O.) par arrêt de l’arbitre au sixième round. 

Un combat qui ne passera pas à l’histoire même si les échanges ont été nourris à plusieurs reprises. 

Vera, un ancien adversaire de Sébastien Demers en 2010, a résisté le plus longtemps qu’il a pu. Il devrait penser à mettre fin à sa carrière alors qu’il a encaissé sa cinquième défaite de suite hier soir. 

« C’était un combat où j’avais tout à perdre, a souligné Elbiali. Je n’avais rien à gagner sauf le fait de demeurer actif. La bonne nouvelle, c’est que j’ai pu faire six rounds. 

Ce que je désire pour la suite des choses ? Ma revanche contre le gagnant du combat Pascal-Jack. J’aimerais bien que ce soit Pascal. Si ce n’est pas le cas, je serais prêt pour un combat éliminatoire contre Marcus Browne qui est une m..... »

Les noms de Pascal et d’Elbiali ont été mentionnés pour une revanche lors des semaines qui ont suivi leur premier choc. Cependant, l’Américain devra remporter au moins un combat significatif avant de pouvoir cogner à la porte du Québécois. 

La leçon du vétéran

On se souvient qu’Elbiali a subi une défaite gênante contre Pascal sur la piste d’un hippodrome de Miami en 2017. Une soirée difficile au bureau pour celui qui est né en Égypte. 

« C’est la première fois qu’on me reparle de ce combat. Je n’y pensais plus, a mentionné Elbiali sur un ton sérieux. Avant de monter sur le ring avec Pascal, tout le monde me disait qu’il était vieux et fini. 

Sa victoire contre moi lui a donné une cure de jouvence. Lorsque je l’ai vu gagner son duel contre Marcus Browne, j’étais heureux pour lui, mais aussi pour moi. J’ai été soulagé de voir que je n’avais pas perdu contre un gars fini. »

Elbiali a tiré plusieurs leçons de ce combat du 8 décembre. Tout d’abord, il a déménagé à Las Vegas pour pouvoir avoir accès à des partenaires d’entraînement de qualité en embauchant un nouvel entraîneur. 

« Ma défaite contre Pascal m’a changé dans le bon sens, a ajouté le pugiliste de 29 ans. Il m’a appris qu’il faut être intelligent, calme et humble dans un ring. C’est un très bon boxeur. 

C’est un vrai professionnel. Il m’a prouvé que je pouvais me relever d’un knock-out et d’une défaite. » 

Dans le calepin...

  • Le gala de boxe de Mayweather Promotions est tombé la même journée que la présentation de la demi-finale du football de la NCAA (Peach Bowl) à Atlanta. Votre humble serviteur logeait au même hôtel que les Tigers de LSU et leurs nombreux partisans durant son séjour. Le football universitaire américain, c’est juste fou ! Samedi soir, ils ont célébré en grand la victoire de leurs favoris. 
  • Certains dossiers peuvent laisser des traces. Celui du dopage de Lucian Bute est l’un de ceux-là. Le préparateur physique Angel Heredia n’a pas oublié le barrage de questions auquel il avait eu droit lors d’une visite à Montréal. La hache de guerre a été enterrée lors de la pesée de vendredi à Atlanta. Heredia travaille toujours au sein de l’équipe de Jean Pascal et il est l’une des raisons de la grande forme du Québécois. 
  • Lorsqu’on se promène dans les rues d’Atlanta, on voit le logo du Atlanta United FC partout, partout, partout. Le marketing de l’équipe de la MLS est à point. Les dirigeants du United n’ont pas vraiment le choix s’ils veulent remplir leur magnifique stade Mercedes-Benz. L’Impact de Montréal a des croûtes à manger à ce niveau.