/news/currentevents
Navigation

Une mort inexpliquée juste avant de rejoindre sa copine

Le jeune homme est décédé après une sortie de route que les experts ne comprennent pas

accident terrebonne
Photo courtoisie Douglas Diwa, 25 ans, posait récemment en compagnie de sa copine l’Américaine Joanna Robbie, 21 ans.

Coup d'oeil sur cet article

Un jeune joueur élite de soccer qui a longtemps rêvé d’évoluer chez les pros a perdu la vie jeudi dans une étrange sortie de route à moins d’un kilomètre de chez lui, à Terrebonne.  

«On se demande comment ça s’est passé. Il ne faisait pas d’excès de vitesse, ne buvait pas, ne fumait pas», laisse tomber Mugenzi Djalinaza, mère de Douglas Diwa, 25 ans.  

Le lendemain de Noël, le jeune homme originaire du Congo, en Afrique, fignolait les derniers préparatifs avant de partir vers l’aéroport Montréal-Trudeau.  

Il devait se rendre à Boston, aux États-Unis, afin de fêter le Nouvel An chez sa copine des trois dernières années, Joanna Robbie.  

Vers 13h, il a emprunté les clés de la Toyota Echo 2003 de son père. C’était probablement pour acheter des cadeaux de dernière minute, présume sa famille.  

Le poteau sur lequel s’est encastrée la voiture lors de l’accident de jeudi dernier sur l’avenue Urbanova, à Terrebonne.
Photo courtoisie
Le poteau sur lequel s’est encastrée la voiture lors de l’accident de jeudi dernier sur l’avenue Urbanova, à Terrebonne.

À moins d’un kilomètre de là, sur l’avenue Urbanova Sud, le conducteur a effectué une sortie de route pour une raison encore inconnue, avant de frapper un lampadaire.  

Il a par la suite été transporté à l’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal, où son décès a été constaté.  

Sous le choc  

C’est la jeune Américaine de 21 ans qui a appris la nouvelle en premier, de la bouche des policiers. Ces derniers l’ont contactée à partir du cellulaire de Douglas.  

«Ç’a été un choc», souffle-t-elle, fondant en larmes devant le représentant du Journal. «J’avais l’intention de m’inscrire dans une université de Montréal pour mon diplôme de 2e cycle, dans un an.»  

Celle-ci a fait le voyage avec sa mère pour accompagner dans son deuil la famille de son copain, de confession musulmane.  

«Il était très religieux. C’était la personne la plus gentille que je connaissais. On se parlait tous les jours malgré la distance», poursuit-elle.  

Le jeune homme habitait chez ses parents, dans l’une des maisons cossues d’un nouveau projet immobilier.  

L’émotion y était d’ailleurs palpable, hier.  

Une trentaine de proches, venus d’un peu partout au Canada, étaient rassemblés pour se recueillir, deux jours après le drame.  

Cris et pleurs ont été perceptibles jusqu’à l’extérieur de la demeure, porteuse d’une lourde tristesse, un court moment.  

«Douglas était l’enfant que tout parent rêve d’avoir», souffle sa mère, le regard tourné vers le sol. Il avait cinq frères et une sœur.  

«C’était mon meilleur ami. Je lui confiais tout», soutient cette dernière, Djamila Diwa, 22 ans.  

«Il était comme mon grand frère», seconde son cousin Walid Hirwa, 15 ans.  

Rêve d’enfant  

On le voit ici sur une photo moins récente alors qu’il jouait au soccer.
Photo courtoisie
On le voit ici sur une photo moins récente alors qu’il jouait au soccer.

Douglas Diwa voulait désormais redonner aux plus jeunes. Le joueur de soccer prometteur avait entre autres évolué pour le Silverbacks d’Atlanta, dans une ligue semi-professionnelle, en 2016.  

Il avait précédemment joué en Suède et représenté le Québec sur la scène nationale.  

«Il rêvait de jouer pro. Il s’était récemment tourné vers une carrière d’entraîneur, qu’il voulait faire à temps plein», conclut sa mère.  

– Avec Antoine Lacroix  

Une tragédie difficile à comprendre  

Les circonstances entourant le tragique accident du jeune résident de Terrebonne demeurent mystérieuses tant pour sa famille que pour les autorités responsables du dossier.  

Jeudi dernier, la visibilité était parfaite et la température clémente, en après-midi.  

«On avait des conditions froides au niveau de la chaussée. Par contre, elle n’était pas enneigée, elle était sèche», affirme Joël Lamarche, capitaine de la police de Terrebonne.  

C’est pourtant sur une avenue où la limite de vitesse permise est établie à 50 km/h que Douglas Diwa a dévié de sa course, seul à bord d’une Toyota Echo empruntée.  

Pas d’anomalies  

Depuis, une enquête menée par le Service de police intermunicipal de Terrebonne/Sainte-Anne-des-Plaines/Bois-des-Filion tente de déterminer les causes de l’incident.  

«On ne peut pas encore établir la vitesse à laquelle le conducteur circulait, explique M. Lamarche. Un témoin qui roulait en sens inverse dit ne pas avoir remarqué d’anomalies en le croisant, quelques secondes avant l’impact.»  

Le véhicule a ensuite dévié de sa trajectoire avant de faire un 180 degrés vers sa droite, détaille la police. Cela a amené le véhicule à frapper de plein fouet un lampadaire, et ce, directement dans les portières du côté passager.  

«C’est une longue courbe continue. Ça pourrait expliquer qu’il y a eu perte de contrôle sur la chaussée froide», avance le policier.  

Inspection mécanique  

Néanmoins, aucune hypothèse n’est encore privilégiée, confirme-t-il.  

«Il reste à faire l’inspection mécanique du véhicule. Cela pourrait en dire beaucoup sur l’état des pneus et de la mécanique générale. Il était muni de pneus d’hiver.»  

Douglas Diwa n’avait pas d’effets personnels sur lui permettant de l’identifier, outre son cellulaire, nous ont indiqué ses proches et la police.  

– Avec Antoine Lacroix