/sports/hockey/canadien
Navigation

«Je peux élever mon jeu» - Nick Suzuki

Le jeune attaquant de 20 ans a bon espoir de connaître une meilleure deuxième moitié de saison

HKN-HKO-SPO-MONTREAL-CANADIENS-V-CALGARY-FLAMES
Photo d’archives Nick Suzuki était tout sourire après avoir marqué le but égalisateur contre les Flames à Calgary, le 19 décembre.

Coup d'oeil sur cet article

RALEIGH, Caroline du Nord | À l’aile droite du deuxième trio ou au centre de la troisième unité, Nick Suzuki rend de fiers services au Canadien. Son intelligence, sa vision du jeu et ses qualités de passeur font de lui un jeune attaquant de plus en plus dangereux.  

Il n’y avait aucun sourire dans le vestiaire du CH après le revers de 6 à 5 contre les Panthers de la Floride au BB&T Center, dimanche. Suzuki gardait lui aussi un air sévère même s’il venait de connaître un premier match de trois points dans la LNH avec trois aides.  

« Oui, c’était l’un de mes bons matchs, a mentionné l’Ontarien de 20 ans. J’ai généré de bonnes chances de marquer contre les Panthers, je parvenais à bien lire le jeu et je repérais mes coéquipiers. Je crois même que j’aurais pu en faire plus. J’ai manqué des chances de marquer. C’est bon pour la confiance de récolter trois passes, mais je les échangerais contre une victoire. » 

Soif de produire 

Suzuki a noirci la feuille de pointage à chacun de ses cinq derniers matchs, récoltant un but et sept mentions d’aide. Il est devenu l’un des moteurs du CH en supériorité numérique avec ses passes précises et il a maintenant le rôle de remplacer Joel Armia à l’aile droite de la deuxième unité en compagnie de Max Domi et d’Artturi Lehkonen.  

Il s’agit de responsabilités importantes pour un jeune attaquant de 20 ans, mais il ne demande pas mieux.  

« Je peux en donner plus, a-t-il dit au Journal après le match à Sunrise. J’ai connu un départ assez lent, mais j’ai le sentiment que je trouve mon rythme. Je connais mieux la LNH, mon équipe et mes coéquipiers. Je sais aussi que j’ai la confiance de mes coéquipiers et de mes entraîneurs. Mentalement, c’est une très bonne chose. J’ai le sentiment que je peux élever mon jeu encore plus pour la deuxième moitié de saison. » 

Le 15 décembre, après un revers de 2 à 1 contre les Red Wings de Detroit, Claude Julien avait modéré les attentes envers sa recrue. Frustré par la défaite des siens et pas dans un état d’esprit pour lancer des fleurs, il avait fait cette déclaration : « Il a encore des choses à apprendre. Il est un bon joueur, mais il ne faut pas partir en peur et penser qu’il est devenu une vedette ». 

Vrai, Suzuki n’a toujours pas le statut d’une vedette. Mais il avance dans le bon chemin. Avant la visite en Caroline, il se retrouvait au cinquième rang parmi les recrues de la LNH avec 23 points (7 buts, 16 passes) en 39 rencontres.  

« Nick joue bien, a souligné Julien après la défaite en Floride. C’est un gars qui s’améliore, plus l’année avance. » 

Une occasion grâce aux blessés 

D’ici les prochaines semaines, l’entraîneur-chef se tournera encore plus vers Suzuki pour animer son attaque, surtout avec les blessures aux Jonathan Drouin, Joel Armia et Paul Byron.  

« Tu ne peux pas remplacer facilement des attaquants comme Drouin, Armia et Byron. On parle de grands souliers à chausser, a affirmé Suzuki. Ils sont dans la LNH depuis longtemps. Mais c’est vrai que ça représente une occasion pour des plus jeunes comme [Jesperi] Kotkaniemi et moi. Nous aurons plus de responsabilités, mais nous devons aussi les mériter. » 

Weber au match des étoiles 

Par ailleurs, Shea Weber représentera le Tricolore pour le match des étoiles qui se déroulera les 24 et 25 janvier à St. Louis. Weber, qui connaît une très bonne saison avec 31 points (12 buts, 19 aides) en 39 rencontres en sera à une septième participation à cette classique des étoiles.  

À moins d’une surprise, il n’y aura qu’un seul joueur du CH pour la section Atlantique à St. Louis.  

Domi fait partie d’un groupe de huit joueurs de cette division qui pourrait obtenir son billet pour l’événement après un vote des partisans.  

Les Aleksander Barkov (Panthers), Mitch Marner (Maple Leafs de Toronto), Patrice Bergeron (Bruins de Boston) et Steven Stamkos (Lightning de Tampa Bay) ont toutefois de meilleures chances de remporter ce scrutin populaire.  

 

Sur le même sujet