/opinion/columnists
Navigation

Rétrospective de l’année 2020

Crystal Ball
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Il y a quelques jours, dans le plus grand secret, Le Journal a acheté une boule de cristal dans un marché aux puces... Grâce à cet objet unique, nous avons pu lire dans l’avenir. Voici ce qui nous attend au cours des 12 prochains mois. Attachez votre tuque avec de la broche ! 

*** 

Lavé de tout soupçon par l’UPAC, qui a mis fin à l’enquête Mâchurer sous prétexte que « les conditions n’étaient pas réunies pour aller plus loin », Jean Charest est élu chef du Parti conservateur. Cinq minutes après son élection, des centaines d’entrepreneurs font la queue devant les bureaux du PCC pour faire un don... « C’est fantastique, de dire le président du parti ! La réponse du milieu d’affaires est telle que nous devrons acheter un plus gros coffre-fort ! » 

*** 

Réélu pour un second mandat, Donald Trump remercie chaleureusement les démocrates qui, en tentant de le destituer, ont prouvé qu’il constituait bel et bien une menace pour l’establishment. « Si ce n’était de l’entêtement de Nancy Pelosi, je n’aurais jamais été réélu », dit-il.  

Dans un rare élan d’humilité, il remercie aussi CNN et le New York Times d’avoir parlé de lui 24 heures sur 24, sept jours par semaine, pendant quatre ans, prouvant par le fait même qu’il avait raison de dénoncer le manque d’objectivité des médias traditionnels.   

*** 

Toujours prête à reculer les frontières de la transparence en politique, la députée indépendante Catherine Dorion expose ses sous-vêtements au Musée d’art contemporain. Le critique du Devoir est dithyrambique.  

*** 

Le National Post publie de vieilles photos montrant Justin Trudeau déguisé en Chinois, avec la peau peinte en jaune, les yeux maquillés comme s’ils étaient bridés et de grandes dents en plastique. Le président de la Ligue contre le racisme antiasiatique applaudit. « En se glissant ainsi courageusement dans notre peau, le premier ministre combat l’intolérance et rend hommage à une culture millénaire », dit-il. En guise d’appui à son pote, Barack Obama publie une photo de lui en train de manger un Number Two For Two. La cote de popularité de Justin Trudeau grimpe en flèche.  

*** 

Le Bureau d’enquête apprend que les dirigeants de SNC-Lavalin avaient prévu ériger une statue à l’effigie de Mouammar Khadafi sur le mont Royal.  

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

*** 

Nommée sainte par le pape François, Greta Thunberg traverse le Pacifique à pied pour aller saluer les Papous de Nouvelle-Guinée.   

*** 

Xavier Dolan présente son nouveau long métrage au Festival de Cannes. L’histoire d’un jeune homosexuel mal dans sa peau qui entretient des liens difficiles et complexes avec sa mère hystérique. « Un changement de cap radical, écrit le critique du Devoir. Rafraîchissant, audacieux, voici un cinéaste qui sait se réinventer ! » 

*** 

La Cour suprême invalide la loi 21, car elle la trouve discriminatoire envers Chantal Lacroix, Patrick Labbé, Denis Lévesque et François Cardinal.  

*** 

Au lendemain de la décision de la Cour suprême, François Legault va à la télé pour dire que le Canada anglais doit comprendre de façon très claire que, quoi qu’on dise et quoi qu’on fasse, le Québec est, aujourd’hui et pour toujours, une société distincte, libre et capable d’assumer son destin et son développement.  

Et puis... plus rien. Les affaires continuent comme avant. 

*** 

Les Français sortent dans la rue pour protester contre la gauche, la droite, la réforme du régime de retraite, la hausse de l’essence, le mariage pour tous, l’islamisme, le racisme, l’antiracisme, la couleur bleue, le chiffre 3, l’eau tiède, le café filtre et le fait que tout le monde en France est toujours en train de sortir dans la rue. 

*** 

La veille de leur premier référendum sur la souveraineté, les Albertains reçoivent la visite de centaines de Québécois qui ont nolisé des autobus et des avions pour aller leur dire qu’ils les aiment.  

*** 

En échange de chèques-cadeaux chez Tim Hortons, un pirate informatique fouille dans les dossiers confidentiels de Guy Cormier, le président de Desjardins.  

Toutes ses données personnelles sont rendues publiques : son NIP, son dossier médical, le solde de ses comptes de banque, le montant de ses prêts, ses dettes, la valeur de sa maison, son adresse, ses numéros de téléphone, son numéro d’assurance sociale, etc. 

Furieux et se sentant « violé », monsieur Cormier songe à poursuivre les organismes qui ont mal protégé sa vie privée. « Le fait que ce genre de chose puisse arriver en 2020 est inacceptable », dit-il.   

*** 

Après avoir contacté Québec solidaire et le Parti conservateur du Québec, Gertrude Bourdon se présente pour le Parti de la Loi naturelle, qui prône la révolution par une pratique quotidienne de la méditation transcendantale.  

*** 

Le nouveau vidéoclip de Safia Nolin, qui la montre assise sur un bureau en jupe courte avec des bas nylon et des talons hauts, cause un scandale au sein de la gauche. « Mais où est sa pieuvre ? » tonne Manon Massé, ulcérée.   

*** 

Mike Ward reçoit le prix du Plus grand défenseur de la liberté d’expression, pour avoir eu le courage de rire d’un jeune handicapé. Nasrin Sotoudeh, cette avocate iranienne qui a été condamnée à 10 ans de prison pour avoir défendu des femmes emprisonnées pour avoir refusé de porter le voile, n’était même pas en nomination. Du fond de son cachot en Arabie saoudite, le blogueur Raif Badawi dit : « C’est qui, Mike Ward ? » 

*** 

Pour la dixième fois en huit mois, le gouvernement Legault impose le bâillon, cette fois, pour faire adopter une loi concernant la couleur de la margarine. « La situation était urgente », explique le premier ministre.  

*** 

Le premier Lab-école ouvre ses portes. Coût : 22,5 millions de dollars. « Mais c’est magnifique ! » s’exclame le critique du Devoir.  

*** 

L’expression « été indien » est officiellement interdite au Canada. À la place, il faut dire : « Période de temps radouci après les premières gelées de l’automne. » Deux jours plus tard, les héritiers de Joe Dassin changent les paroles de sa célèbre chanson. « On ira, où tu voudras quand tu voudras / Et on s’aimera encore lorsque l’amour sera mort / Toute la vie sera pareille à ce matin / Aux couleurs de la période de temps radouci après les premières gelées de l’automne... »