/sports/football/alouettes
Navigation

Patrick Boivin et les Alouettes divorcent

Patrick Boivin et les Alouettes divorcent
Photo d'archives Agence QMI, Mario Beauregard

Coup d'oeil sur cet article

La Ligue canadienne de football (LCF) a annoncé vendredi que Patrick Boivin n’occupe plus le poste de président et chef de la direction des Alouettes de Montréal.  

«La LCF remercie M. Boivin de sa contribution et lui souhaite le meilleur succès dans ses projets. David Goldstein, le chef des opérations de la ligue, occupera le poste par intérim jusqu’à ce qu’un nouveau président et chef de la direction soit désigné à Montréal», a indiqué le circuit dans un communiqué laconique diffusé en milieu d’après-midi.  

Fils de l’ancien président du Canadien de Montréal Pierre Boivin, Patrick Boivin assumait ses fonctions depuis 2017.  

La saison dernière, Boivin a dû composer avec le congédiement du directeur général des Moineaux Kavis Reed et le départ sous d’autres cieux de l’entraîneur-chef Mike Sherman.  

Son remplaçant, l’ex-coordonnateur offensif de l’équipe, Khari Jones, a bien fait et a mené les Alouettes vers une première place en séries éliminatoires depuis 2014. Leur fiche de 10-8 était d’ailleurs leur meilleure depuis le 11-7 de 2012.  

Boivin a d’ailleurs récompensé Jones en lui octroyant une prolongation de contrat de trois ans, à la fin du mois de novembre.  

Le dossier qui restait sur la table de Boivin était celui du directeur général. La LCF, qui avait pris possession de l’organisation des Alouettes faute d’un nouveau propriétaire, a suspendu le processus d’embauche d’un nouveau DG, le 12 décembre dernier. La ligue souhaitait régler le dossier de la vente de l’équipe d’abord.  

Il y a quelques semaines, l’organisation montréalaise avait promu l’ancien receveur Éric Deslauriers au poste de directeur des opérations football. Comme en 2019, un comité composé de Boivin, Jones, Deslauriers et du conseiller spécial Wally Buono devait s’occuper de la gestion quotidienne du club.