/sports/hockey/canadien
Navigation

Bulletin de mi-saison du Canadien : Weber, premier de classe

Kings c. Canadiens
Photo d'archives, Martin Chevalier Shea Weber

Coup d'oeil sur cet article

Il y a plusieurs bons étudiants à l’infirmerie à la mi-saison chez le Canadien. Brendan Gallagher, Jonathan Drouin, Joel Armia et Paul Byron sont tous absents.   

• À lire aussi - Embauche d’Ilya Kovalchuk: «une tape dans le dos» –Phillip Danault  

• À lire aussi - « Un rêve d’enfance » – Marco Scandella  

Après un revers de 3 à 1 contre les Hurricanes à Raleigh le soir du 31 décembre, Claude Julien avait bien résumé la situation actuelle de son équipe. « On cherche à sortir le maximum de ce qu’on a. »    

Dans un langage plus coloré, on pourrait traduire cette phrase en disant qu’on a assez pressé le citron et qu’il n’y a plus de jus à sortir. Après 41 matchs, le CH n’est pas dans le portrait des séries. Le Tricolore risque donc de manquer le bal des séries pour une troisième année d’affilée et une quatrième fois en cinq ans.    

Le Journal a publié son bulletin de la mi-saison. Le capitaine Shea Weber a décroché la meilleure note, tout juste devant Phillip Danault et Gallagher. Les Carey Price, Brett Kulak, Jordan Weal et Jesperi Kotkaniemi n’ont pas reçu de bonnes notes. Ils auront besoin d’une signature d’un parent...    

Les génies en herbe   

A : SHEA WEBER  

41 pj | 12 b | 19 a | 31 pts | +7  

Weber, alias l’homme montagne. Le capitaine connaît un début de saison phénoménal. À 34 ans, il se destine à des sommets personnels pour les buts et les points. Il est un roc à la ligne bleue avec un temps de jeu supérieur à 24 minutes.   

A- : PHILLIP DANAULT  

41 pj | 10 b | 20 a | 30 pts | +9  

L’an dernier, Danault a reçu ses premiers votes pour le trophée Frank-Selke. S’il maintient la cadence, il sera au plus fort de la course pour cet honneur cette année. En plus de ralentir les meilleurs trios de l’équipe adverse, il produit à un très bon rythme offensivement.   

A- : BRENDAN GALLAGHER  

40 pj | 15 b | 17 a | 32 pts | +5  

L’âme de l’équipe, la bougie d’allumage, le travailleur acharné. Vous pouvez choisir le qualificatif que vous voulez pour Gallagher. Marc Bergevin l’a bien décrit lors du voyage de l’équipe à Vancouver en disant que son attaquant ne «demandait aucun entretien» et qu’il donne toujours un aussi bon rendement. Une troisième saison d’affilée de 30 buts ou plus est à sa portée, s’il ne reste pas trop longtemps sur la touche en raison de sa possible commotion cérébrale.    

Les naturels   

B+ : TOMAS TATAR  

41 pj | 16 b | 19 a | 35 pts | -5  

Tatar a parfois fait rager Claude Julien avec de mauvaises punitions, mais il a aussi fait le bonheur de son entraîneur avec une production offensive très constante. Le Slovaque pourrait atteindre le plateau des 70 points pour une première fois. Il est un ingrédient clé du premier trio du CH avec Danault et Gallagher.   

B+ : BEN CHIAROT  

41 pj | 5 b | 8 a | 13 pts | +7  

Une belle trouvaille. Acquis sur le marché des joueurs autonomes, Chiarot a renforci le côté gauche de la ligne bleue. L’ancien des Jets mange de grosses minutes, se promenant de Weber à Petry pour ses partenaires. Il apporte aussi une bonne dose de robustesse.    

B : JEFF PETRY  

41 pj | 6 b | 19 a | 25 pts | -5  

Pour les quinze premiers matchs de l’année, Petry était probablement le joueur le plus utile à son équipe. Julien l’utilisait plus que Weber et Chiarot. L’Américain a ralenti lors du mois de novembre, mais il a recommencé à animer le jeu en supériorité numérique pendant le long voyage de sept matchs sur la route.    

Ils sortent de leur coquille   

B+ : JOEL ARMIA  

35 pj | 12 b | 9 a | 21 pts | +6  

Armia a des mains magiques pour un aussi gros ailier. À sa deuxième saison à Montréal, le Finlandais a gagné en confiance, s’établissant comme un rouage important de l’équipe. Il était en route vers la meilleure saison de sa carrière. C’était avant de se blesser à la main gauche lors d’un match à Winnipeg le 23 décembre.    

B : Nick Suzuki  

41 pj | 7 b | 16 a | 23 pts | -3  

Suzuki a remporté son pari, celui de gagner un poste avec l’équipe. Et même si Julien refuse de le dire ouvertement, l’Ontarien est devenu un incontournable. Utilisé à l’aile droite ou au centre, le jeune de 20 ans trouve des façons de se démarquer grâce à son intelligence, sa vision du jeu et de grandes habiletés.    

B- : CALE FLEURY  

35 pj | 1 b | 0 a | 1 pts | -3  

Fleury constitue la plus belle surprise en cette première moitié de saison. Après une saison complète avec le Rocket de Laval, le jeune défenseur a fait le saut avec le CH. Il a rapidement devancé dans la hiérarchie de l’équipe les Mike Reilly et Christian Folin. Malgré son air de chérubin, il surprend ses rivaux avec de bons coups d’épaule.   

Des étudiants honnêtes   

B : NATE THOMPSON  

41 pj | 2 b | 7 a | 9 pts | +0  

L’oncle Nate fait un travail très respectable au sein du quatrième trio. Il gagne des mises en jeu importantes, il est responsable dans son territoire et il calme ses coéquipiers.    

B- : MAX DOMI  

41 pj | 12 b | 19 a | 31 pts | +5  

Quel est le véritable visage de Domi ? Celui de l’an dernier ou celui de cette année. Le numéro 13 a retrouvé sa touche après des commentaires de Bergevin à son endroit lors du voyage à Vancouver. Il a obtenu 10 points à ses 7 derniers matchs. Il joue gros sur le plan contractuel, écoulant sa dernière année de contrat.   

B- : VICTOR METE  

31 pj | 3 b | 5 a | 8 pts | +6  

Mete a enfin inscrit son premier but dans la LNH après une attente pratiquement interminable. L’Ontarien a servi de partenaire à Weber et Petry avant de se blesser à une cheville le 30 novembre. Il a manqué dix matchs.   

C+ : Nick Cousins  

35 pj | 5 b | 8 a | 13 pts | +0  

Cousins était dans les gradins pour les premiers matchs de la saison. L’ancien des Coyotes a fini par obtenir la confiance de Julien grâce à un travail honnête au sein de l’un des deux derniers trios. Il obtient même des présences en supériorité numérique, ce qui fait toutefois maugréer plusieurs partisans.    

En deçà de leur potentiel   

C : ARTTURI LEHKONEN  

41 pj | 7 b | 11 a | 18 pts | +6  

Il y a maintenant un constat à ressortir avec Lehkonen. Il ne s’établira jamais comme une menace offensive dans la LNH. Un Réjean Houle des temps modernes.    

C- : CAREY PRICE  

33 pj | 16-14-3 | 3,00 | ,901 | 1 JB  

Des montagnes russes. Bon au mois d’octobre, horrible en novembre, bon pour trois semaines en décembre et mauvais pour la dernière. Le CH a construit son équipe sur les épaules de Price. Il devra présenter de meilleures statistiques en deuxième moitié de saison si l’équipe désire participer aux séries.    

D : BRETT KULAK  

30 pj | 0 b | 3 a | 3 pts | -8  

Bergevin lui a déroulé le tapis rouge au printemps dernier en lui faisant signer un contrat de trois ans et 5,5 millions (1,85 M par année). L’Albertain n’a pas répondu à l’appel en cette première moitié de saison, se retrouvant à plusieurs reprises dans les gradins. Depuis le début du mois de décembre, Kulak a regagné un brin de sa confiance aux côtés de Petry.   

D : JORDAN WEAL  

33 pj | 4 b | 3 a | 7 pts | -7  

Weal avait séduit la haute direction de l’équipe à son arrivée de l’Arizona à la fin de la dernière saison. Il n’avait finalement rien d’une trouvaille. Weal est invisible sur le plan offensif même s’il obtient des présences régulières en supériorité numérique.    

Besoin de récupération   

D- : JESPERI KOTKANIEMI  

26 pj | 5 b | 2 a | 7 pts | -8  

Un mauvais camp, une blessure mystérieuse à l’aine, une commotion cérébrale. Kotkaniemi a frappé un gros mur à sa deuxième saison dans la LNH. Le Finlandais a perdu son sourire et plusieurs questions se posent sur sa meilleure destination pour son propre développement.    

En échec   

E : MIKE REILLY  

14 pj | 0 b | 4 a | 4 pts | +2  

Reilly se retrouvait à la croisée des chemins avec le CH. Marc Bergevin l’a échangé le 2 janvier aux Sénateurs d’Ottawa pour un choix de 5e tour au repêchage de 2021. À Ottawa, il profitera d’une troisième chance dans la LNH après le Wild et le Canadien. À un salaire de 1,5 million pour cette année et l’an prochain, l’Américain représentait un mauvais investissement.     

E : KEITH KINKAID  

6 pj | 1-1-3 | 4,24 | ,875 | 0 JB  

Le passage de Kinkaid à Montréal s’est avéré un fiasco. L’ancien gardien des Devils a plus fait parler de lui pour ses gazouillis sur Twitter avec de nombreux émojis que ses performances sur la glace. Il risque fort de terminer l’année avec le Rocket.    

Ils ont manqué trop de cours   

- : JONATHAN DROUIN  

19 pj | 7 b | 8 a | 15 pts | +4  

Drouin avait comme objectif de s’établir comme un attaquant plus constant dans la LNH. Il y arrivait en ce début de saison, offrant du bon jeu autant offensivement que défensivement. Une fracture au poignet gauche a toutefois fait dérailler ce départ prometteur. Il manque énormément au CH.     

- : PAUL BYRON  

19 pj | 1 b | 3 a | 4 pts | +3  

Byron se cherchait sur tous les plans depuis le début de la saison. Le petit ailier s’est blessé à un genou contre les Capitals à Washington à la mi-novembre.    

Ils arrivent en classe   

- : CHARLIE LINDGREN  

1 pj | 0-1-0 | 2,05 | ,943 | 0 JB  

Rappelé du Rocket après un court passage du jeune Cayden Primeau, Lindgren a obtenu un seul départ. C’était le 31 décembre face aux Hurricanes en Caroline.    

- : RYAN POEHLING  

14 pj | 0 b | 0 a | 0 pts | -1  

Poehling avait comme objectif d’ouvrir la saison à Montréal, mais il a finalement fait un long détour à Laval. Avec les nombreux blessés, l’Américain obtiendra sa chance. À lui de la saisir.