/world/opinion/columnists
Navigation

La guerre nous menace

Coup d'oeil sur cet article

Le monde retient son souffle : la guerre va-t-elle éclater entre les États-Unis et l’Iran ? L’assassinat jeudi soir du général Soleimani ainsi que d’une dizaine d’Iraniens et d’Irakiens qui l’accompagnaient est très susceptible d’enclencher une telle guerre.  

Déjà, des dizaines de milliers d’Iraniens sont descendus dans les rues pour réclamer vengeance. Donald Trump ne donne pas l’impression qu’il hésiterait à répondre à un acte de vengeance iranien. Le danger de guerre est tel que le gouvernement américain a demandé à ses ressortissants de quitter l’Irak immédiatement.  

La guerre est-elle inéluctable ? 

Non. Il faut remarquer que les États-Unis n’ont pas frappé en territoire iranien, mais en territoire irakien. La souveraineté nationale de l’Iran n’a donc pas été violée. Cela montre que les États-Unis indiquent à l’Iran une ligne à ne pas franchir. Laquelle exactement ? La ligne de l’occupation de l’ambassade américaine par des partisans pro-iraniens. Même si cet épisode a été de courte durée, il rappelle trop fortement celui de l’occupation de l’ambassade américaine à Téhéran en 1979. Hier, Trump a même déclaré qu’il ne voulait pas la guerre.  

Pourquoi les États-Unis ont-ils tué le général Soleimani ? 

Le général Soleimani était le dirigeant de la Force Al-Quods, une organisation qui mène des actions politiques et paramilitaires, très active partout au Moyen-Orient. Cette organisation serait derrière les manifestations antiaméricaines de Bagdad. Selon le gouvernement américain, cette organisation préparait de nombreux coups d’éclat antiaméricains au Moyen-Orient.  

L’Iran est-il prêt à affronter les États-Unis ? 

L’armée iranienne serait la 19e plus puissante au monde (le secret qui l’entoure rend toute évaluation incertaine). Une telle guerre serait pénible pour l’économie iranienne qui est déjà mal en point. Il est cependant douteux que l’Iran affronte directement les États-Unis. Il faut plutôt s’attendre à des attaques détournées. Les déclarations des autorités iraniennes selon lesquelles l’Iran frappera les États-Unis « au bon moment » vont dans ce sens.  

Que feraient les alliés de l’Iran ? 

Il est peu probable qu’en cas de guerre la Chine et la Russie envoient des soldats sur le terrain. Cependant, ces deux pays profiteraient vraisemblablement d’une telle guerre pour approvisionner l’Iran en armements et en biens de toutes sortes. Reste à voir comment réagiraient les partisans armés de l’Iran dans les pays de la région. Les États-Unis ne possèdent pas assez de soldats sur le terrain pour bien protéger leurs installations pétrolières. Une guerre contre l’Iran pourrait donc mener à un embrasement général du Moyen-Orient.  

Les États-Unis sont-ils prêts à mener une telle guerre ? 

Donald Trump n’hésitera probablement pas à entrer en guerre si les intérêts des États-Unis sont attaqués directement par l’Iran. D’abord parce que cette guerre pourrait inciter plus d’Américains à voter pour lui en novembre prochain. Ensuite parce que Trump, plutôt que de sacrifier des vies américaines sur le terrain, pourrait décider de se servir d’autres types d’armement. Il existe même une possibilité que Trump songe à utiliser l’armement nucléaire. Il a déjà fait des déclarations en ce sens. 

En fait, pour le moment, cette guerre suit la logique électorale américaine et la logique nationaliste iranienne. Tant que les deux logiques se contenteront de mesures pour sauver la face, le risque de guerre sera faible. Mais les dirigeants américains et iraniens jouent avec des allumettes dans une zone extrêmement inflammable. D’où l’existence d’un risque qui dépasse les explications rationnelles que l’on peut donner