/news/health
Navigation

Les urgences débordent dans 11 des 16 régions du Québec

Les urgences débordent dans 11 des 16 régions du Québec
STEVE MADDEN/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Les urgences débordaient samedi en raison de la saison de la grippe qui bat son plein, 11 des 16 régions de la Belle Province étant touchées par des taux d’occupation jugés d’«élevés» à «très élevés». 

• À lire aussi: Les urgences débordent pour commencer l’année 2020 

C’était le cas sur l’île de Montréal, avec une moyenne d’occupation des civières atteignant 132 % en début d’après-midi, selon des données fournies par le site Index Santé.

L’Institut universitaire en santé mentale Douglas (233 %) figurait ainsi au sommet au chapitre du nombre de patients hospitalisés à l’urgence, suivi par l’Hôpital général juif Sir Mortimer B. Davis (225 %) et par l’Hôpital général du Lakeshore (197 %).

Dans une moindre mesure, les urgences de l’Hôpital de Montréal pour enfants (158 %), de l’Hôpital Royal Victoria (142 %), du Centre hospitalier de St. Mary (136 %), de l’Hôpital Santa Cabrini (134 %), de l’Hôpital de LaSalle (133 %), de l’Hôpital de Verdun (131 %), de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (128 %) et du CHUM (122 %) sollicitaient aussi leur personnel.

«La période de la grippe a débuté, il y a un pic qui se maintient en ce moment. Pour une grippe, l’urgence n’est toutefois pas l’option à préconiser», a indiqué Pierre-Paul Milette, qui est directeur général adjoint santé physique générale et spécialisée et directeur des services multidisciplinaires au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de Centre-Sud-de-l’île-de-Montréal.

«Le message qu’on adresse à la population, c’est de toujours se laver les mains quand on se trouve avec plusieurs personnes. Il y a aussi beaucoup de gens avec des problématiques pulmonaires qui se retrouvent à l’urgence ainsi que des cas de gastro-entérites», a ajouté ce spécialiste des urgences.

«Encore cette année, c’est l’enfer», a dit pour sa part Simon-Pierre Landry, médecin à l’urgence de l’Hôpital Laurentien, à Sainte-Agathe-des-Monts, dans les Laurentides.

«On a atteint cette semaine au-dessus de 200 % de taux d’occupation civière. Ça veut dire qu’il y avait du monde partout dans les corridors sur des civières», a-t-il expliqué en entrevue à TVA Nouvelles, ajoutant que le temps d’attente pouvait aller de 12 à 20 heures pour les cas moins urgents.

«Le problème, c’est qu’on voit la vague venir, mais on ne fait rien. La vague nous frappe chaque année et on dirait qu’à chaque fois, on dit: "À l’année prochaine"», a ajouté le Dr Landry.

Situation critique ailleurs dans le Grand Montréal

Autour de Montréal, les taux d’occupation sur civières étaient également problématiques samedi après-midi dans les hôpitaux de Lanaudière (178 %), des Laurentides (155 %), de Laval (155 %) et de la Montérégie (163 %).

La situation n’était guère mieux dans les régions de la Capitale-Nationale (112 %), du Centre-du-Québec (109 %), de Chaudière-Appalaches (121 %), de l’Estrie (124 %), de la Mauricie (117 %) et de l’Outaouais (123 %).

Cinq régions moins sollicitées

À l’autre bout du spectre, les régions de l’Abitibi-Témiscamingue (86 %), du Bas-Saint-Laurent (56 %), de la Côte-Nord (83 %), de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (59 %) et du Saguenay-Lac-Saint-Jean (67 %) se tiraient mieux d’affaire, samedi après-midi, dans leurs urgences. Ces dernières avaient ainsi une situation jugée «normale» par Index Santé.

Appelez le 811 ou rendez-vous dans une super-clinique

Avant de se présenter à l’urgence, un service de première ligne qui devrait être réservé en priorité aux cas aigus, Pierre-Paul Milette recommande aux malades de contacter le 811 afin qu’une infirmière évalue leur situation et les guide vers les ressources appropriées.

«Les gens peuvent voir leur médecin de famille, il y a des rendez-vous urgents en 24 h. Pour ceux qui n’ont pas de médecin de famille, il y a les super-cliniques ou les cliniques hivernales, dont les heures sont maintenant prolongées à partir [de samedi]. Il y a de nombreux cas qui ne nécessitent pas l’environnement hospitalier.»