/sports/hockey/canadien
Navigation

Une décision discutable

Coup d'oeil sur cet article

S’il a besoin d’un argument supplémentaire pour motiver l’embauche d’Ilya Kovalchuk, Marc Bergevin pourra citer cet autre revers du Canadien. Incapable de stopper sa mauvaise séquence, le Tricolore a une fois de plus été défait par la marge d’un but.

En incluant la défaite en Caroline, où les Hurricanes ont confirmé leur victoire par un but dans un filet désert, le Canadien s’est incliné par la plus petite des marges à chacune de ses cinq dernières sorties.

Au moins, samedi soir, le Canadien est parvenu à récolter un point. Toutefois, dans la position dans laquelle il se trouve dans la course aux séries éliminatoires, on doit plutôt parler d’un point perdu.

D’ailleurs, mis à part Marco Scandella, heureux comme un gamin de porter l’uniforme du Canadien pour la première fois, les mines étaient plutôt basses dans le vestiaire du Canadien. Même Claude Julien ne s’est pas éternisé au podium après la rencontre. 

Habituellement plus prompt à remettre en question les décisions des arbitres, il s’est montré hésitant lorsque questionné à propos du but gagnant. 

« Je ne peux pas commenter, car je ne sais pas pourquoi ils ont dit que c’était un but », a déclaré l’entraîneur du Canadien.

Des erreurs mentales

Après révision, les arbitres et les officiels à Toronto ont convenu que Teddy Bluegger n’avait pas nui au travail de Carey Price. Une décision, à tout le moins discutable, qui est venue priver le Tricolore d’un précieux point de classement.

Dans un sens, Julien n’a pas tort. Dans la note explicative de la LNH, il est simplement indiqué que « la révision de la séquence démontre qu’il n’y a eu aucune obstruction sur le gardien avant le but de Brandon Tanev. » 

« Ce sont des situations qui peuvent aller d’un côté comme de l’autre. Ça dépend de la façon dont on voit la séquence », a ajouté l’entraîneur-chef du Canadien.

En fait, Julien semblait en avoir davantage contre les erreurs commises par ses défenseurs. Seulement en première période, les Penguins sont parvenus à se présenter seuls trois fois devant Carey Price.

« On a offert des occasions de marquer aux Penguins. C’est même ce qui nous a coûté le match à la fin. On sait tous que nous ne sommes pas dans une situation où nous pouvons nous permettre des erreurs mentales », a soutenu Julien.