/sports/others
Navigation

La magie de Lafrenière a opéré

2020-IIHF-WORLD-JUNIOR-CHAMPIONSHIP-DAY-10-SEMIFINAL-CANADA/
Photo Reuters Alexis Lafrenière a étalé son talent incommensurable au Championnat mondial junior.

Coup d'oeil sur cet article

Avec la finale de la médaille d’or du Championnat mondial de hockey junior et les éliminatoires de la NFL, les amateurs de sport devaient avoir de bonnes piles dans leur manette de télévision dimanche après-midi.  

Un classique Canada-Russie ou la bataille Vikings-Saints ? J’étais un peu déchiré. 

J’aime bien le hockey junior. Le Championnat mondial, je l’écoute depuis plus de 30 ans. Ça m’a permis de voir en action plusieurs joueurs qui sont devenus de grandes vedettes dans la LNH par la suite. 

Bref, de regarder la finale de la médaille d’or, c’était naturel. J’ai rarement été déçu, car les joueurs âgés de 20 ans s’arrachent le cœur sur la glace lors de cette partie. De l’intensité comme si on était en finale de la coupe Stanley, mais en janvier. 

Encore une fois, le duel entre les Canadiens et les Russes a été à la hauteur même si une caméra a semé la controverse à la toute fin. Quel match ! Akil Thomas a joué les héros alors qu’il n’avait pas été beaucoup utilisé par Dale Hunter durant le match. Il n’aurait pas pu écrire un meilleur scénario même dans ses rêves les plus fous. 

Toutefois, celui qui m’a le plus impressionné, c’est Alexis Lafrenière. L’attaquant québécois a levé son jeu d’un cran en participant à deux des quatre buts de son équipe, dont celui qui a créé l’égalité en troisième période. 

Il a démontré du sang-froid durant les moments où il en avait besoin. Durant la phase préliminaire, il a été blessé à un genou, mais ça ne l’a pas empêché d’être sacré joueur par excellence du tournoi. Une première pour un joueur québécois. Tout un tour de force ! 

Fin seul au premier rang

Lafrenière est arrivé dans le tournoi avec le statut du meilleur espoir en prévision du prochain repêchage de la LNH, qui aura lieu à Montréal. Avec sa prestation en République tchèque, on peut dire qu’il l’a confirmé en lettres majuscules. 

Il a été dominant du début à la fin. Il a terminé le tournoi avec une récolte de 10 points, dont six pendant la ronde éliminatoire. Avec Barrett Hayton et Dylan Cozens, il a formé le trio le plus intimidant du tournoi. 

Pour revenir à l’encan de sélection de juin, Lafrenière sera le premier à être appelé sur la scène du Centre Bell. Je n’en ai aucun doute. Il est le joueur le plus talentueux que le Québec a produit au cours des dernières années. Une histoire à succès.

Le fond du baril

En décembre, le monde du hockey a été ébranlé par les histoires passées des entraîneurs Bill Peters et Marc Crawford. Durant la même période, les Stars de Dallas ont congédié Jim Montgomery pour une conduite inappropriée dans le cadre de ses fonctions. 

Le Montréalais a levé le voile sur les raisons de son départ en affirmant qu’il avait un problème d’alcoolisme. Il faut avoir du courage pour l’admettre, surtout sur la place publique. C’est le point de départ de sa guérison. 

Je lui souhaite que ce soit le réveil dont il avait besoin pour effectuer les changements nécessaires pour revenir derrière un banc de la LNH un jour. 

Belichick a perdu sa partie d’échecs

2020-IIHF-WORLD-JUNIOR-CHAMPIONSHIP-DAY-10-SEMIFINAL-CANADA/
Photo AFP

C’était du grand art. Bill Belichick s’est fait servir la même médecine qu’il a utilisée à maintes reprises au cours de son illustre carrière. Mike Vrabel, le pilote des Titans du Tennessee qui est aussi son ancien joueur, lui a fait perdre la tête au quatrième quart. Sur un quatrième essai, Vrabel a forcé son équipe à écoper deux punitions successives pour écouler du temps (1:46) au tableau indicateur. Pour une rare fois, Belichick a perdu son sang-froid. Surprenant de la part d’un vétéran comme lui. Il a simplement été battu par un entraîneur qui avait les mêmes tactiques que lui.  

La Coupe ATP est de trop

2020-IIHF-WORLD-JUNIOR-CHAMPIONSHIP-DAY-10-SEMIFINAL-CANADA/
Photo AFP

J’ai regardé la Coupe ATP en fin de semaine. Pourquoi un autre tournoi par équipe ? J’ai cherché des réponses et je n’ai pas trouvé de réponse. J’appuie Denis Shapovalov, qui a mentionné qu’un seul tournoi par équipe dans une saison, c’est suffisant. J’aime la Coupe Davis surtout depuis la mise en place de son nouveau format. Avec le tournoi en Australie, on ambitionne sur le pain béni. Ceci dit, Shapovalov et Félix Auger-Aliassime semblent en grande forme. C’est prometteur pour le début de la saison.

Boivin aurait mérité mieux

2020-IIHF-WORLD-JUNIOR-CHAMPIONSHIP-DAY-10-SEMIFINAL-CANADA/
Photo d'archives, Chantal Poirier

Comme président des Alouettes, Patrick Boivin était dans une position inconfortable. Pour ne pas dire insoutenable. Il a gardé le fort en attendant que la LCF trouve de nouveaux propriétaires. Ce n’est jamais arrivé. Puis, on lui a dit de faire ses boîtes. Il aurait mérité de poursuivre le travail qu’il a amorcé dans des conditions exécrables. Annonciateur d’une vente imminente ? On ne le sait pas encore. Le commissaire Ambrosie sera une personne en demande cette semaine lors des réunions annuelles de la LCF. 

Ulysse a un nouvel entraîneur

2020-IIHF-WORLD-JUNIOR-CHAMPIONSHIP-DAY-10-SEMIFINAL-CANADA/
Photo d'archives, Martin Alarie

Après son revers contre Ismael Barroso, Yves Ulysse a amorcé une profonde réflexion. Une chose est maintenant confirmée : il poursuivra sa route sans son entraîneur Rénald Boisvert. Une décision prise par son promoteur Camille Estephan. Mike Moffa est devenu son entraîneur principal depuis quelques jours. Pas un choix surprenant. Moffa est le conseiller boxe d’Estephan depuis quelques années. Et pour Butler ? Boisvert fait encore partie de son équipe alors que Jean-François Bergeron est parti après une décision d’un commun accord.