/news/society
Navigation

Spectre de l'autisme: le hockey adapté gagne en popularité

Coup d'oeil sur cet article

Le hockey adapté destiné aux enfants vivant avec des troubles du spectre de l'autisme est de plus en plus populaire en Montérégie.  

«Je sais que le besoin est là, ils ont besoin de bouger. Ils aiment le sport. On les accueille tels qu'ils sont. On les fait évoluer dans le hockey avec ce qu'ils ont», dit Vicky Jolicoeur, entraîneuse et dirigeante de Hockey adapté.  

La ligue, qui ne comptait qu’une douzaine de jeunes au départ, en compte maintenant 80.  

L’idée est venue d’un papa qui, en 2015, a créé la première équipe à Saint-Jean-sur-Richelieu.  

«Quand on a parti ça, on ne s'imaginait pas que ça se rendrait à cette hauteur-là. C'est le fun, parce qu'on voit que le besoin est là», explique Karel Brossard, cofondateur de Hockey adapté.  

«C'est cool parce que j'ai toujours rêvé de jouer au hockey», témoigne une jeune joueuse.  

«C'est adapté pour eux autres. Ce n'est pas trop compétitif. Ils prennent le temps de leur montrer. Ils ont le temps de s'épanouir là-dedans», ajoute son père.  

Cinq ans plus tard, on compte trois catégories dans quatre municipalités. Même que Hockey Québec reconnaît maintenant cette division.  

Samedi, l'humoriste Pierre Légaré accompagnait ses petits-fils au tournoi de Varennes.  

«Je sais qu'ils tripent, et je tripe autant qu'eux autres. Ils aiment s'habiller, ils aiment embarquer sur la glace», dit-il.  

Nouveaux uniformes, organisation plus structurée. Ce que les parents veulent maintenant, c'est que d'autres villes embarquent dans l'aventure.  

«Pour des associations de hockey mineur qui souhaiteraient offrir le hockey adapté, bien, dans le fond, il y a déjà une structure», explique Marie-Joël Desaulniers, porte-parole de Hockey Québec.