/weekend
Navigation

Une touche de fantastique

Une touche de fantastique
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Un premier roman à l’ambiance gothique, qui nous entraîne d’emblée dans un monde où les livres ont très longtemps été mal vus.

Tel que son nom de famille l’indique, le jeune Emmett Farmer aurait normalement dû devenir fermier, tout comme son père ou son grand-père avant lui. Mais quelques mois avant le début de la saison des moissons, il a brutalement été frappé par une très étrange maladie : en plus des fortes fièvres qui l’ont laissé aussi faible et fragile qu’un minot, des pans entiers de sa mémoire ont été effacés. 

Sur une ferme, les convalescents en son genre ne servent donc absolument à rien. Et alors que ses parents avaient jusqu’à présent tout fait pour le tenir le plus loin possible des livres, Emmett sera carrément forcé de devenir l’apprenti de l’enlivreuse qui vit seule sur la route de Castleford.

Un curieux métier

Si on ne sait pas exactement à quel moment (et où !) se déroule cette histoire, une chose est sûre : il y a seulement 60 ans, alors que la Croisade sévissait encore, enlivreurs et enlivreuses étaient brûlés avec tous les livres qu’ils avaient eu le malheur de fabriquer. Une époque que Seredith, le nouveau maître d’Emmett, a très bien connue. Encore aujourd’hui, on la compare d’ailleurs à une vieille sorcière. Car même s’ils sont maintenant tolérés, les livres font toujours aussi peur et rares sont ceux qui en possèdent des rayons entiers. 

Au fil des semaines, Seredith montrera ainsi à Emmett comment faire des gardes blanches, comment parer le cuir ou comment broder des tranchefiles sur la reliure. Mais aussi, à quoi servent réellement les livres.

On a bien aimé le petit côté fantastique du roman, qui nous plonge dans un univers assez sombre où il est possible d’oublier à jamais tout ce dont on ne veut plus se souvenir... 

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE

Les 101 merveilles du monde

Collectif, aux Éditions Lonely Planet, 368 pages
Photo courtoisie
Collectif, aux Éditions Lonely Planet, 368 pages

Pour voir tous les plus beaux sites du monde, on n’a certes pas assez d’une vie. Mais grâce à ce guide, on pourra sélectionner beaucoup plus facilement ceux qui valent vraiment le détour. Des temples de Tikal au cratère de Ngorongoro, en passant par les chutes du Niagara ou l’Acropole d’Athènes, les baroudeurs des guides Lonely Planet nous font part de leurs principaux coups de cœur. 

Faites du sport au bureau

José Stimbre, aux Éditions Prisma, 64 pages
Photo courtoisie
José Stimbre, aux Éditions Prisma, 64 pages

Si, pour l’année 2020, on a pris la ferme résolution de faire un peu plus de sport, c’est le livre dont on ne pourra bientôt plus se passer. Car il faut l’avouer, être obligé de rester assis toute la journée au bureau est loin d’être le meilleur moyen de retrouver la forme... à moins de savoir comment muscler mollets, cuisses, dos, ventre, épaules et bras sans avoir à quitter son poste !

Tofu, l’anthologie

Camille Oger, aux Éditions La Plage, 384 pages
Photo courtoisie
Camille Oger, aux Éditions La Plage, 384 pages

Nous ne sommes sûrement pas les seuls à avoir décidé qu’au courant de la prochaine année, il allait y avoir beaucoup moins de viande au menu. Et qui dit plats végés, dit souvent tofu. Bonne nouvelle, ce livre nous permet de découvrir 170 délicieuses façons de l’apprêter en s’inspirant des cuisines coréenne, chinoise, japonaise, indienne ou birmane. On vous défie d’ailleurs de résister au ragoût de tofu à la sichuanaise ou au tofu braisé au piment !

Mon atelier mug cakes

Collectif, aux Éditions i2C, 352 pages
Photo courtoisie
Collectif, aux Éditions i2C, 352 pages

Un coffret mignon comme tout qui risque de dépanner bien des parents. Renfermant une adorable tasse lapin en céramique, un fouet en silicone et un livre de recettes, il saura en effet occuper sans danger tous les petits cuistots en herbe. Car ce qu’il y a de bien, avec les mug cakes, c’est qu’il n’y a qu’à mélanger les ingrédients, mettre la tasse au four à micro-ondes, et hop, déguster !

Frissons garantis

Sacrifices, Ellison Cooper, Aux Éditions le cherche midi, 448 pages
Photo courtoisie
Sacrifices, Ellison Cooper, Aux Éditions le cherche midi, 448 pages

Sacrifices

Une série qu’on découvre, le premier tome ayant apparemment été publié en 2018. Elle met en vedette Sayer Altair, une neurobiologiste qui œuvre au sein du Centre national d’analyse des crimes violents du FBI. En clair, Sayer étudie le cerveau des tueurs en série et des psychopathes pour essayer de comprendre pourquoi certains passent à l’acte et d’autres pas. Un métier beaucoup plus dangereux qu’on ne le pense et qui, cette fois, l’obligera à descendre dans l’une des cavernes souterraines du parc national de Shenandoah, en Virginie.

Dans l’antre du mal

Grâce au flair exceptionnel d’un chien de détection de l’unité cynophile du FBI, de nombreux restes humains (crânes compris) y ont en effet été retrouvés. La plupart des corps ont été balancés là il y a plusieurs années, mais d’autres sont étonnamment « frais ». Comme si, depuis un bon moment déjà, un tueur en série utilisait cette cachette isolée pour se débarrasser de ses victimes. De fait, au cours des dernières semaines, quelques femmes de la région ont été portées disparues. Et, horreur, tout porte à croire que l’une d’elles pourrait fort bien être encore prisonnière de ce meurtrier. Mais pour combien de temps ?

Une course contre la montre qui nous rivera à notre siège, même s’il est assez facile d’en deviner le dénouement.