/world/middleeast
Navigation

Arménie: un homme arrêté pour de «fausses informations»

Arménie: un homme arrêté pour de «fausses informations»
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Un Arménien qui administrait une page Facebook diffusant de «fausses informations» a été arrêté après la publication d’un article affirmant que le premier ministre de ce pays du Caucase avait félicité Donald Trump pour l’assassinat d’un général iranien, ont annoncé lundi les services spéciaux.  

«Le 3 janvier, la page Facebook Diana Aroutiounian a publié une information selon laquelle le premier ministre Nikol Pachinian aurait félicité le président des É.-U. pour ses actions contre un haut-responsable militaire iranien», a indiqué le Service de sécurité nationale (SNB) arménien dans un communiqué.  

Selon le communiqué, cette «fausse information» a été reprise par des médias azerbaïdjanais et iraniens, deux pays voisins de l’Arménie, causant «des dommages importants aux intérêts de la sécurité nationale de l’Arménie».   

L’écho de cette publication a été tel que Nikol Pachinian, arrivé au pouvoir après une révolution pacifique en 2018, a publié dimanche un démenti sur sa propre page Facebook. Il a également appelé les États-Unis et l’Iran à la retenue. Le chef de la Diplomatie arménienne a de son côté appelé son homologue iranien pour lui présenter des condoléances.  

Le général Qassem Soleimani, homme clé de la politique de Téhéran en Irak, a été tué vendredi dans une attaque américaine à Bagdad.  

Sous l’identité de Diana Aroutiounian se cachait un homme dont l’identité n’a pas été révélée. Dans une vidéo diffusée avec le communiqué du SNB, il explique avoir créé cette page en 2018 et y «écrire des publications politiques», et reconnaît être l’auteur de l’article en question.  

«Je l’ai fait parce que j’ai des opinions politiques d’opposition et je crois qu’il est injuste de garder Robert Kotcharian [ex-président actuellement poursuivi pour “rupture de l’ordre constitutionnel”] en prison », explique l’homme dans la vidéo.  

Pays enclavé, l’Arménie entretient des relations complexes avec deux de ses voisins, l’Azerbaïdjan et la Turquie, avec qui les frontières sont fermées. Le maintien de bonnes relations avec l’Iran est donc crucial pour Erevan, qui reste également proche des États-Unis, où vit une forte diaspora arménienne.