/finance/news
Navigation

Tout vendre et partir, un bon plan économique?

0106_dvp
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

« Je vends tout et je pars. ». Y avez-vous déjà pensé ? Vendre la maison, les voitures, les meubles et partir où bon vous semble... S’agit-il d’un rêve de fou, et surtout, est-ce viable d’un point de vue financier ?  

Pascal Jetté, auteur du blogue 1 Famille 1000 aventures, est l’un de ces « fous » qui est passé du rêve à la réalité. Attirés par un désir de liberté, lui et sa femme ont fait le choix en 2017 de vendre la majorité de leurs possessions, y compris leur maison, pour acquérir un véhicule récréatif. Depuis, ils parcourent avec leur fils de 7 ans les routes de l’Amérique du Nord.  

« Notre motivation était avant tout de pouvoir vivre sans les contraintes d’avoir un domicile fixe, tout en vivant une expérience de vie incroyable. Actuellement, on est libres de voyager où bon nous semble, quand bon nous semble, » explique ce consultant en marketing.  

Côté travail, ce dernier a la chance de pouvoir vaquer à ses activités professionnelles n’importe où sur la planète, du moment qu’il dispose d’une connexion internet. Quant à l’éducation de leur fils, c’est sa conjointe qui se charge de l’enseignement à la maison.  

Racheter une maison  

Pascal Jetté ne se fait pas d’illusions : « On le savait dès le départ qu’une roulotte, ce n’était pas un investissement sur le plan financier. Avec le temps, elle perd de la valeur, ce qui n’aurait pas été le cas de notre maison. »  

Il n’est pas le seul dans cette situation. Depuis quelques années, les possibilités de travailler à distance ont multiplié le nombre de Digital Nomads (nomades numériques), ces travailleurs sans domicile fixe qui peuvent subvenir à leurs besoins grâce aux possibilités offertes par le web.  

Mais en optant pour une vie nomade, le retour à une vie sédentaire pourrait tout aussi bien se produire, tôt ou tard. Si ce mode de vie vous interpelle, il sera sage de prévoir le rachat éventuel d’une propriété. Ceci entraînera inévitablement un investissement monétaire de votre part.  

Supposons que vous avez investi dans un véhicule récréatif ; il est très probable que sa valeur se déprécie avec le temps. Dans l’optique de racheter une autre maison, il vous faudra donc compter sur d’autres actifs.  

Il faudra aussi considérer les frais d’hypothèque et d’assurance hypothèque, qui (à terme) peuvent se solder à plusieurs dizaines de milliers de dollars. Ajoutons à cela les droits de mutation, les frais de déménagement, l’acquisition de nouveaux meubles et les frais de rénovation. Tout vendre pour partir, puis éventuellement revenir, c’est un possible retour à la case départ.  

Opter pour une vie de nomade permet de se libérer de plusieurs obligations, mais le retour à une vie sédentaire peut coûter très cher sans un minimum de planification.  

Conseils  

  • Si ce genre d’aventure vous interpelle, ne vous lancez pas avant d’avoir passé au peigne fin votre situation financière.   
  • En votre absence, pourquoi ne pas louer votre maison ? Les loyers perçus pourront vous aider à payer l’hypothèque et donc à conserver votre maison.   
  • D’un point de vue financier, il vaut mieux éviter de racheter une maison plus dispendieuse. Vous y serez perdant sur le long terme, tel que je l’explique dans ma chronique du 6 mai 2019.