/sports/soccer/impact
Navigation

Une défense à reconstruire pour l'Impact

Plusieurs postes restent vacants à la suite du départ de cinq arrières et du retour incertain de Brault-Guillard

SOCCER-USA-DCU-MNI/
Photo USA TODAY Sports Le retour du défenseur Zachary Brault-Guillard avec l’Impact reste incertain, lui qui a participé à 13 parties avec le club montréalais la saison dernière.

Coup d'oeil sur cet article

L’année 2020 n’est vieille que d’une semaine, mais les joueurs de l’Impact vont déjà reprendre le boulot la semaine prochaine, et de nombreuses questions précèdent le début du camp d’entraînement qui s’amorcera mardi prochain. 

L’équipe compte actuellement 20 joueurs sous contrat. C’est donc dire que de nombreuses pièces devront être ajoutées d’ici au premier match de la Ligue des champions, dans un peu plus d’un mois au Costa Rica. 

S’il y a des besoins flagrants en attaque malgré l’acquisition de Romell Quioto avant les Fêtes, c’est surtout dans le secteur défensif que les inquiétudes sont manifestes. 

Depuis le coup de sifflet ultime au début octobre, il n’y a eu que des départs et aucune arrivée.  

Merci Bac 

Ainsi, Daniel Lovitz (Nashville) et Victor Cabrera (Houston) ont été échangés. Le premier avait perdu de la vitesse et avait même été laissé sur le banc par Wilmer Cabrera en fin de saison. Le second, en raison de son manque de constance, n’a jamais réussi à s’établir comme partant indiscutable. 

On a également laissé partir le jeune Daniel Kinumbe, qui a vu sa saison être amputée en raison d’une blessure. On a aussi démissionné sur Thomas Meilleur-Giguère, qui était en prêt avec le Fury d’Ottawa depuis deux ans. 

Puis, il y a eu l’officialisation du départ de Bacary Sagna, dimanche, dont le contrat était échu. Le vétéran français de 36 ans a rendu de fiers services au Bleu-blanc-noir pendant une saison et demie en plus de contribuer à la formation du jeune Zachary Brault-Guillard. 

Malgré son âge, il avait encore l’essence nécessaire pour contribuer aux succès de l’équipe, mais il semble que dans le camp montréalais, on ait choisi l’expérience de Rod Fanni en défense centrale puisqu’on ne voulait certainement pas investir trop d’argent sur deux arrières en fin de carrière.  

Ils restent 

Avec tous ces départs, il ne reste maintenant que cinq défenseurs sous contrat, soit les centraux Fanni, Rudy Camacho et Karifa Yao et les latéraux gauches Jukka Raitala et Jorge Corrales. 

En Fanni on compte sur un vétéran de 38 ans certes, mais un homme d’expérience qui prend bien soin de son corps et qui sera en mesure d’aider l’équipe. 

Après une première saison plus que difficile, Rudy Camacho a mieux paru l’an passé et a plutôt bien conclu la saison aux côtés de Fanni. Les deux hommes se complètent assez bien. 

Yao n’a que 19 ans et n’a pas joué la saison dernière. Malgré un talent évident, c’est un projet qui va nécessiter de la patience. 

Sur le flanc gauche, Corrales n’a pas le grain d’un partant alors que Raitala devrait être le titulaire même si on l’a surtout vu en défense centrale l’an passé, faute d’une meilleure option. Le Finlandais de 31 ans joue simplement et commet peu d’erreurs, mais ce n’est pas lui qui va allumer l’attaque. 

Cela dit, la présence d’un arrière stable défensivement derrière Ignacio Piatti dans le couloir gauche n’est pas une mauvaise chose. 

Le cas ZBG  

S’il y a des trous évidents en défense centrale, il y a pour le moment un cratère à droite puisqu’avec le départ de Sagna, il n’y a plus personne. En théorie du moins. 

Dans le camp de l’Impact, on doit travailler d’arrache-pied pour tenter de boucler le transfert de Zachary Brault-Guillard, qui a passé la dernière saison à Montréal en prêt de l’Olympique Lyonnais. Mais parions qu’avec le congédiement de Rémi Garde, un allié de longue date de l’OL, la situation s’est possiblement un peu complexifiée. 

Le Franco-canadien a eu 20 ans la semaine dernière et a été convaincant dans les 13 matchs de MLS qu’il a disputés l’an dernier. 

Brault-Guillard joue beaucoup plus costaud que sa stature de 5 pi 7 po, c’est un bouledogue qui agit en patron dans son couloir en plus d’aimer se projeter vers l’avant pour appuyer l’attaque. 

Son retour enlèverait une énorme épine dans le pied du directeur sportif Olivier Renard. Le Belge n’aurait alors qu’à trouver une doublure puisque Brault-Guillard est mûr pour agir comme partant dans la MLS en plus d’avoir un style de jeu taillé sur mesure pour le soccer nord-américain.