/finance/business
Navigation

Un ancien de Ciment Saint-Laurent prend les commandes de McInnis

Un ancien de Ciment Saint-Laurent prend les commandes de McInnis
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Près d’un an et demi après le départ de son ancien PDG, Ciment McInnis a finalement trouvé son successeur : un Belge qui connaît fort bien l’industrie en Amérique du Nord.

Baudouin Nizet, 54 ans, prend les rênes de l’entreprise fondée par la famille Beaudoin-Bombardier et contrôlée par la Caisse de dépôt et placement depuis l’été 2016. McInnis exploite une cimenterie à Port-Daniel–Gascons, en Gaspésie, où travaillent environ 200 personnes.

M. Nizet est arrivé au Canada en 2006 pour occuper un poste de vice-président chez Ciment Saint-Laurent, emploi qu’il a conservé lorsque l’entreprise québécoise a été acquise par le géant suisse Holcim, en 2007.

En 2013, il est devenu PDG de Holcim Canada. En 2015, ses responsabilités se sont étendues au nord-est des États-Unis. Il était alors chez la multinationale irlandaise CRH, qui a racheté certaines activités de Holcim en marge de la mégatransaction qui a donné naissance à LafargeHolcim.

Depuis 2018, il était vice-président chez Stuart Olson, une firme de construction albertaine.

Baudouin Nizet n’était pas disponible pour parler aux journalistes, hier.

Investissements

Le dirigeant entre en poste alors que McInnis investit massivement dans ses installations pour répondre à la demande. 

Le mois dernier, Le Journal a révélé que la Caisse avait levé plusieurs drapeaux rouges à l’interne à propos de l’entreprise. Malgré tout, la Caisse y a réinjecté 150 millions $ en juillet.

En tout, la Caisse a englouti plus de 450 millions $ dans McInnis depuis 2014. À cela s’ajoute une somme de 350 millions $ provenant d’Investissement Québec, pour un total de plus de 800 millions $ en fonds publics dans une aventure marquée par d’importants dépassements de coûts.


Hervé Mallet avait dirigé McInnis de novembre 2016 à août 2018. Depuis, Jean Moreau assumait l’intérim.