/news/green
Navigation

Les centres de tri sont débordés à la suite du temps des Fêtes

L’urgence climatique n’a pas freiné les envies de consommation des Québécois

Tricentris
Photo Chantal Poirier Dans les centres de tri au retour du temps des Fêtes, comme sur ces photos prises chez Tricentris à Lachute, des sapins artificiels et des boules de Noël en bon état sont retirés au triage, tout comme des vêtements et des bottes.

Coup d'oeil sur cet article

Les centres de tri roulent à plein régime au retour des Fêtes, ensevelis sous les papiers d’emballage, les boîtes en carton et les multiples décorations jetés par les Québécois.

« La surconsommation, on la voit ici », souffle le responsable des affaires publiques chez Tricentris, Grégory Pratte.

Hier, à l’usine de Lachute, qui dessert les Basses-Laurentides, les employés s’affairaient à démêler les produits recyclables de ceux qui ne le sont pas, comme les lumières de Noël, le matériel électronique et même des couches usées.

Tricentris
Photo Chantal Poirier

« Le geste [de récupérer], les gens le font, mais ils prennent le bac comme un bac magique. Il y a plein d’affaires qui auraient pu avoir une deuxième vie, des choses qui devraient aller à l’écocentre », précise-t-il.

Autour des convoyeurs, des guirlandes et boules de Noël en bon état sont retirées du triage, tout comme plein de vêtements, allant des bottes aux soutiens-gorge, parce qu’ils ne se recyclent pas.

Recyc-Québec remarque également « une augmentation des matières résiduelles générées lors du temps des Fêtes ». La société rappelle aussi de bien trier les emballages en plastique, papier et carton et d’utiliser les écocentres.

10 à 12 % de plus

Chez Récup Estrie, la hausse du tonnage qui entre au centre de tri est de 10 à 12 %. 

« Dès que la population consomme plus, ça se fait sentir chez nous », souligne la directrice générale, Taraneh Sépahsalari. 

Cette hausse s’accompagne aussi d’un mauvais triage, ajoute-t-elle.

Avec Postes Canada qui a enregistré des livraisons record juste avant Noël, les boîtes en carton sont aussi au rendez-vous. Mais encore trop de consommateurs veulent gagner de l’espace en remplissant ces boîtes de papiers et d’emballages.

« Ça nuit énormément aux centres de tri », dit Julie Gagné de Sani-Éco à Granby.

« Société jetable »

« Le message qu’on veut passer, c’est la réduction. C’est vers ça qu’on doit tendre », poursuit M. Pratte de Tricentris, qui reçoit les bacs de recyclage de 220 municipalités.

« On vit dans une société jetable », fait valoir à son tour le directeur général du Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets, Karel Ménard.

Car même si l’année 2019 a été marquée par une manifestation monstre pour protéger la planète, « les gestes ne suivent pas toujours la parole », observe-t-il

Par contre, ce n’est pas seulement aux consommateurs de faire des efforts, dit-il, mais aussi aux producteurs, responsables du suremballage par exemple, et aux gouvernements d’agir davantage.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.