/news/society
Navigation

[VIDÉO] Le Syndicat de la fonction publique du Québec veut redorer l’image des fonctionnaires

Coup d'oeil sur cet article

Le Syndicat de la fonction publique du Québec va lancer dimanche une campagne publicitaire afin de tenter de redorer l'image de ses membres.  

Durant cinq prochaines semaines, trois publicités qui seront diffusées à la télévision et à la radio s’attaqueront aux préjugés qui accablent les fonctionnaires de l’état québécois.   

Dans une de ces publicités, dont TVA Nouvelles a obtenu copie, on voit quatre ouvriers qui se préparent près d’équipement lourd et on entend : «On pense que les ouvriers de la fonction publique il y en a bien trop! C’est faux» dit-on. «La vérité c’est que ça prend des ouvriers de la fonction publique du Québec dégourdi, comme Steve et ses collègues, pour s’assurer que nos routes soient sécuritaires.»   

Le SFPQ, qui n’a pas fait de publicité du genre depuis les années 80, sait que ses membres n’ont pas une grande cote d’amour auprès de la population.   

«Vous allez dans un hôpital, vous voyez des infirmiers, vous voyez ce qu'ils font. Vous allez dans une école, on voit ce qu'ils font, mais les fonctionnaires que je représente, qu'est-ce qu'ils font? On ne le sait pas», clame Maryse Rousseau vice-présidente du SFPQ.   

Juste avant le début des négociations avec le gouvernement Legault, le syndicat a commandé un sondage à la firme SOM et les résultats parlent d’eux-mêmes, souligne Mme Rousseau.   

«Le sondage ce qu'il dit, c'est que les fonctionnaires ce sont des gens qui sont grassement payés, ce sont des gens qui sont paresseux, ce sont des gens qui se plaignent le ventre plein. Je ne pense pas qu'à partir de demain on va avoir la cote d'amour de toute la population, mais il faut faire de l'éducation c'est ce qu'on souhaite avec ces publicités», affirme Mme Rousseau.  

Sensibiliser à l'importance de la fonction publique 

Le Syndicat qui représente 30 000 des 550 000 employés de l’État ne s’en cache pas, les publicités chercheront à mieux faire comprendre le travail de ses membres.   

Dans une des publicités on explique qu'on a besoin d'employés de la fonction publique pour s'assurer qu'on ne s'intoxique pas et, dans une autre une employée de Revenu Québec ou l’on explique qu’elle doit s’assurer que votre dossier soit bien traité   

«C'est sûr que ce qu'on veut c'est améliorer nos conditions de travail. Je ne vous cacherai pas que c'est principalement le salaire qu'on veut améliorer. Le gouvernement nous a dit qu'il avait des surplus, alors oui, on veut aller en chercher une partie, mais on voulait savoir dans la population comment ça passerait quand il apprendrait ce qu'on voulait comme demande. Quand je me compare avec le monde municipal, quand je me compare avec le fédéral, on a du rattrapage à faire c'est ça qu'on demande, on veut la parité», explique Maryse Rousseau qui est aussi responsable de la négociation au SFPQ.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.