/sports/fighting
Navigation

«On n’a rien à se reprocher» –Yvon Michel

Yvon Michel
Photo d'archives, Agence QMI Yvon Michel

Coup d'oeil sur cet article

Yvon Michel a l’intention de tout mettre en place pour prouver son innocence lors de son audition devant la Régie des alcools, des courses et des jeux, prévue dans quelques semaines.   

Joint en Floride hier, le promoteur a été catégorique.   

«On n’a rien à se reprocher, a-t-il mentionné d’entrée de jeu. Les Hells Angels, ils sont vus un peu partout dans les événements sportifs.   

«Il n’y a rien qui interdit leur présence dans nos galas. Je ne leur ai pas vendu de billets. Je ne fais pas affaire avec eux. Lors de la soirée du 20 septembre, ils n’ont pas été invités par nous.»    

  • Le promoteur Yvon Michel était à l'émission Dutrizac sur QUB radio pour en parler :  

Il a tenu à faire valoir son point de vue sur certains aspects de la convocation qu’il a reçue de la Régie en novembre dernier.   

«Le combat de démonstration entre Hugo Girard et Patrick Côté a été sanctionné par la Fédération québécoise de boxe mixte, dit-il. Je peux assurer également que toute la logistique de cette soirée s’est effectuée dans nos bureaux.»   

Il assure que Groupe Yvon Michel (GYM) «n’a pas empoché un sou» lors de cette soirée et que toutes les sommes ont été remises à l’organisme sans but lucratif AlterGo. «Il n’y a rien de fondé et on va le prouver lors de l’audition.»   

Pellerin confiant  

Le responsable des soirées de New Era qui collabore avec GYM, Yan Pellerin, est également prêt à répondre aux questions de la Régie.   

«Je n’ai aucune crainte par rapport à l’audition, a-t-il indiqué au Journal. Ils n’ont rien contre nous.»   

Pour lui, les membres du crime organisé que la police a aperçus à son gala sont « des gens qui vivent une vie normale ».   

«Je ne juge pas ce qu’ils font. Ce sont des clients comme tous les autres. Si la police souhaite empêcher qu’ils aillent à des places, elle doit faire son travail. Ce n’est pas le mien.»