/news/currentevents
Navigation

Au moins sept passagers Québécois parmi les victimes

Les causes du crash qui a coûté la vie à 63 Canadiens en Iran demeurent nébuleuses

Coup d'oeil sur cet article

Les causes de l’écrasement d’un avion ukrainien tout juste après son décollage en Iran demeurent nébuleuses, alors que parmi les 176 victimes figurent 63 Canadiens, dont plusieurs Québécois.   

• À lire aussi: Canadiens morts dans un écrasement d'avion: Ottawa demande des réponses  

• À lire aussi: Écrasement d’un Boeing en Iran: des familles et des étudiants parmi les victimes canadiennes  

• À lire aussi: Crash Ukraine International: l’avion a fait demi-tour après un «problème»

« Les Canadiens ont des questions et ils méritent d'avoir des réponses », a affirmé le premier ministre du Canada Justin Trudeau, lors d’un point de presse hier, en offrant ses sympathies aux familles des victimes.  

« Ces gens ne reviendront pas vers leurs familles : des nouveaux mariés, une famille de quatre, une mère et ses deux filles, des étudiants brillants, des professeurs dévoués, a-t-il énuméré. Dans les moments les plus difficiles, les Canadiens ont l’habitude de se serrer les coudes. »  

Mardi soir, un Boeing 737 de la compagnie Ukrainian International Airlines a décollé de l’aéroport de Téhéran, en direction de Kiev. Environ deux minutes après son envol, l’appareil s’est écrasé dans un secteur agricole, tuant les 176 passagers et membres d’équipage à son bord.   

Plusieurs universitaires  

Parmi les victimes se trouvent 63 Canadiens. Plusieurs avaient de brillantes carrières, possédaient des diplômes universitaires ou étaient en voie de l’obtenir, selon ce qu’il a été possible d’apprendre dans divers médias.   

Le Journal a pu identifier au moins sept victimes d’origine iranienne qui habitaient maintenant au Québec. La nouvelle de leurs décès est venue profondément secouer leurs proches.   

Un couple montréalais, des anciens étudiants en ingénierie de l’Université Concordia, venait tout juste de se marier en Iran lorsque la tragédie est survenue.  

Pas de spéculation  

Interrogé par la presse à Ottawa pour savoir s’il excluait catégoriquement la possibilité que le Boeing 737 ait été abattu, M. Trudeau a répondu : « Je ne peux pas. »  

« C’est dangereux de spéculer sur de possibles causes », a cependant ajouté le premier ministre, en exigeant une « enquête approfondie ».  

On ne sait toutefois pas si l’accident mortel a quelque chose à voir avec les hostilités entre Iraniens et Américains, a précisé le ministre des Transports Marc Garneau.  

« On sait que quelque chose de soudain s’est produit, mais on ne connaît pas la cause », a-t-il dit.  

La catastrophe en chiffres   

  • 176 passagers et membres d’équipage  
  • 63 Canadiens  
  • 11 Ukrainiens  
  • 10 Suédois  
  • 4 Afghans  
  • 3 Britanniques  
  • 3 Allemands  

-Avec la collaboration de Dominique Scali, Christopher Nardi, Jonathan Tremblay, Sarah Daoust-Braun, Émilie Bergeron et Andrea Valeria 


Le premier ministre Trudeau a indiqué que 138 passagers du Boeing écrasé se dirigeaient vers le Canada.  

  

Ils venaient d’acheter une maison à Brossard  

Dominique Scali  

Sara Mamani, 36 ans, et Siavash Ghafouri-Azar, 35 ans, venaient tout juste de se marier en Iran quand l’avion qui devait les ramener à Montréal s’est écrasé.  

Photo courtoisie

«Siavash était vraiment un bon gars. J’étais tellement heureuse que mon amie l’ait rencontré, qu’elle ait trouvé son âme sœur», témoigne Elnaz Moein, qui a vécu en colocation pendant deux ans avec Sara Mamani.      

Le couple s’était justement rendu en Iran pour célébrer leur mariage.      

Photo courtoisie

Il s’était acheté une maison à Brossard en juillet dernier. Lors du passage du Journal mercredi, il était possible de voir que les tourtereaux n’avaient pas fini de s’installer : la maison était presque vide, les fenêtres semblaient fraîchement installées.      

«C’était deux personnes super gentilles, [...] à l’aube de leur vie», témoigne leur voisine Nicole Marcette, qui les avait accueillis dans le quartier cet été et était responsable de surveiller leur maison pendant leur absence.      

Ils avaient tous deux étudié en ingénierie à l’Université Concordia. Siavash Ghafouri Azar travaillait pour la compagnie d’aviation Pratt & Whitney. Sara Mamani était ingénieure chez Bombardier.       

Elle a grandi en Iran et est arrivée à Montréal il y a environ cinq ans pour faire sa maîtrise en génie mécanique à Concordia, explique son amie Elnaz Moein.      

«Elle était très intelligente et très talentueuse. Très ambitieuse. Elle essayait tout le temps de se surpasser», dit Mme Moein.      

Photo courtoisie

«C’était deux personnes travaillantes et charismatiques», abonde Maryam Dayani, qui connaissait aussi le couple. «Ils étaient adorables», ajoute-t-elle.       

Sur son profil Couchsurfing, Sara Mamani se décrit comme une grande voyageuse qui aime autant la science que la peinture abstraite.      

«Ma philosophie : ne laissez pas vos souvenirs être plus grands que vos rêves», écrivait-elle sur la page de ce réseau social de globe-trotteurs.      

-Avec Jonathan Tremblay   

«C’était des anges»  

Dominique Scali  

Arvin Morattab, 35 ans et Aida Farzaneh, 33 ans, étaient «faits l’un pour l’autre», témoigne un ami du couple, Hamid Habibzadeh, qui a connu l’époux il y a près de 17 ans, avant même qu’il n’immigre au Canada.   

Photo tirée de Facebook

En entrevue avec Le Journal, il peinait à contenir son émotion tant il était bouleversé par la perte d’un de ses meilleurs amis.       

«Je n’ai pas de mots pour le décrire. Il était unique. Il voulait travailler pour aider l’humanité, pour aider à la paix», dit-il.      

Le couple Morattab-Farzaneh était marié depuis environ 2012 et vivait dans le quartier Griffintown, près du centre-ville de Montréal, dit M. Habibzadeh.      

Tous deux originaires de l’Iran, ils avaient choisi le Canada pour étudier en génie. Ils avaient tous deux obtenu leur doctorat de l’École de technologie supérieure (ETS).      

Spécialisée en génie de la construction, Aida Farzaneh venait tout juste de déposer sa thèse, en décembre dernier.      

Photo tirée de Facebook

«Non seulement c’était une excellente étudiante, mais j’ai trouvé qu’elle s’était vraiment bien adaptée à notre culture», s’est rappelée Danielle Monfet, professeure à l’ETS qui a supervisé sa maîtrise et son doctorat.      

«Elle a pris la peine d’apprendre le français, elle a fait plusieurs stages en entreprise.»      

«Je suis encore sous le choc, et je n’ai pas encore réalisé l’ampleur de la chose. Elle était très appréciée ici, autant au sein de mon équipe de recherche que par ses pairs iraniens.»      

Avec son mari Avrin Morattab, elle formait «une belle équipe», ajoute Mme Monfet.      

Photo courtoisie

«C’était le meilleur couple. C’était des anges», dit leur ami Hamid Habibzadeh.      

«Ils étaient passionnés par la nature. Ils adoraient faire la fête avec leurs amis. Ils étaient actifs, dynamiques».      

-Avec Christopher Nardi  

Militante politique et ambassadrice de la culture iranienne     

Christopher Nardi  

Niloufar Sadr, 61 ans, était membre d’une importante famille de militants politiques iraniens tout en étant une pierre angulaire de la scène culturelle de son pays à Montréal.C’était une femme très douce, patiente et adorée de tout le monde. Elle faisait son travail merveilleusement bien», s’est rappelée Sahar Mofidi, amie de Niloufar qui habite à Montréal depuis 2005.  

Photo tirée de Facebook

«Elle était très impliquée au sein de la communauté iranienne. Elle a longtemps été responsable d’un centre culturel et artistique iranien à Montréal qui s’appelait Mekic. Elle organisait souvent des rassemblements culturels pour la communauté», a raconté Elahé Machouf, de l’Association des femmes iraniennes de Montréal.     

Celle-ci s’est dit encore sous le choc de la mort de son amie Niloufar Sadr dans l’écrasement de l’avion iranien en Ukraine mercredi. Elle faisait partie des 176 passagers de l’avion, dont 63 canadiens, qui sont décédés.     

Ce centre du Plateau-Mont-Royal, fermé il y a moins de trois ans, abritait auparavant une librairie perse, une maison d’édition ainsi qu’une galerie d’art.     

La sexagénaire et mère de trois enfants avait depuis quitté Montréal pour s’installer à Toronto.     

«Je la connaissais très bien pendant des années. Elle était retournée voir sa famille durant les Fêtes», a continué d’une voix bouleversée Mme Machouf.     

Mme Sadr était la fille d’Ahmad Sayyed Javadi, un avocat iranien très connu qui est devenu un des premiers ministres de la Justice iranienne avec la révolution de 1979.     

Photo courtoisie

Mais en 1985, il a été emprisonné et torturé par les autorités iraniennes après avoir critiqué certaines décisions de son propre gouvernement. Il est ensuite devenu un virulent critique de l’administration actuelle jusqu’à sa mort en 2013.     

«Elle ne l’a pas eu facile avant d’arriver au Canada», a commenté Mme Machouf.     

Ce militantisme politique s’était propagé à sa fille Niloufar, qui avait déclaré à La Presse en 2009 qu’elle se rendrait à Ottawa pour voter dans les élections iraniennes dans l’espoir de chasser le gouvernement de Mahmoud Ahmadinejad.     

«J'y vais avec mes enfants et tous les amis que je connais. Après, on espère qu'on va fêter pour Moussavi, dit-elle. On ne veut pas avoir quatre ans de plus avec Ahmadinejad», avait-elle déclaré au quotidien.     

Le Sherbrookois Mohammed Moeini, un employé de Bombardier Produits récréatifs à Valcourt, figure aussi parmi les victimes, a confirmé une porte-parole de l'entreprise, Elaine Arsenault. «Nous offrons nos plus sincères condoléances à la famille de Mohammad ainsi qu'à toutes les familles des victimes de cette terrible tragédie. Les pensées de la haute direction de BRP et des employés sont avec elles», a-t-elle affirmé.         

Condoléances   

Au total, 176 personnes, passagers et membres de l'équipage, ont perdu la vie dans l’écrasement du vol PS752. Après l’annonce du nombre de victimes, les autorités canadiennes, au premier rang duquel le premier ministre Justin Trudeau, ont fait part de leur tristesse.         

«Au nom du gouvernement du Canada, Sophie et moi offrons nos plus sincères condoléances à ceux et celles qui ont perdu des membres de leur famille, des amis et des proches dans cette tragédie. Notre gouvernement continuera de travailler de près avec ses partenaires internationaux pour veiller à ce qu’une enquête approfondie relative à cet écrasement soit menée et pour que les Canadiens trouvent réponse à leurs questions.»         

La mairesse de Montréal a aussi réagi, parlant d'une «nouvelle bouleversante». «Mes pensées accompagnent les familles et les proches des Montréalais.e.s et de toutes les victimes de cette terrible tragédie. Nous sommes de tout coeur avec vous», a-t-elle affirmé.         

Le Bureau de la sécurité des transports (BST) a indiqué, de son côté, avoir nommé un expert qui suivra le déroulement de l'enquête et examinera les renseignements qui seront diffusés par l'Iran au sujet de l'écrasement.         

La moitié des victimes en Alberta   

Sur la soixantaine de victimes canadiennes, une trentaine venaient de la région d'Edmonton. Deux des étudiants tués, Ghanimat Azhdari et Milad Ghasemi Ariani, qui devaient revenir de vacances en Iran, étaient doctorants à l'université de Guelph, en Ontario, a indiqué l'établissement dans un communiqué.         

D'autres vivaient à Winnipeg, à Toronto, à Waterloo, en Ontario, mais aussi en Colombie-Britannique, selon plusieurs médias. Les cas d’une famille d’Ajax, en Ontario, Evin Arsalani, sa femme Hiva Molani et leur fille ou d’une autre (Pedram Mousavi, sa femme Mojgan Daneshmand et leurs deux enfants retenaient particulièrement l’attention.         

Outre les 63 Canadiens, 82 Iraniens, 11 Ukrainiens, dont les neuf membres d'équipage, 10 Suédois, quatre Afghans, trois Allemands et trois Britanniques se trouvaient également à bord du vol 752.  

Mohammad Moeini  

Photo courtoisie

Mohammad Moeini, 35 ans, était allé visiter sa famille en Iran durant le temps des Fêtes. Il travaillait chez Bombardier Produits Récréatifs à Valcourt depuis 2017. Il détenait un baccalauréat en ingénierie mécanique de l’Université de Azad. Un moment de silence a été respecté par ses collègues de BRP hier. « Nous offrons nos plus sincères condoléances à la famille de Mohammad ainsi qu'à toutes les familles des victimes de cette terrible tragédie. Les pensées de la haute direction de BRP et des employés sont avec elles », a indiqué la porte-parole de l’entreprise Elaine Arsenault.  

  

Shahab Raana  

Photo tirée de Facebook

Shahab Raana, 36 ans, était allé rendre une visite surprise à ses parents en Iran. Il avait écrit à ses amis de Montréal pour leur dire que son vol devait décoller sous peu tout juste avant la tragédie. « Ses parents ne savaient pas qu’il allait les voir, a confié son ami de longue date Hamïdreza Zahèdi. Raana, un musicien, est venu au Québec pour découvrir une nouvelle culture, rencontrer de nouvelles personnes. » Il suivait des cours de français le soir afin de faciliter sa transition ici. « Il était vraiment inspirant, il faisait tout pour contribuer à la société », ajoute son ami.