/sports/fighting
Navigation

Beterbiev-Meng: coup de théâtre

Le combat pourrait être présenté au Centre Vidéotron

Beterbiev-Meng: coup de théâtre
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les appels d’offres donnent parfois lieu à des revirements de situations. Celui du combat entre le champion unifié Artur Beterbiev et son aspirant obligatoire à l’International Boxing Federation (IBF), le Chinois Fanlong Meng, fait maintenant partie de cette catégorie depuis jeudi.

Le Groupe Rejoy, représenté par Roc Nation, avait remporté l’appel d’offres du 30 décembre en mettant 1,9 million $ dans son enveloppe. Toutefois, les hommes d’affaires n’ont pas été en mesure de respecter leurs obligations envers l’IBF, alors qu’ils devaient remettre 20 % (380 000 $) dans les coffres de l’organisme de sanction en date du 8 janvier. 

Dans ce type de situation, l’appel d’offres est alors remporté par le deuxième soumissionnaire. C’est Top Rank qui a déposé la seule autre offre avec une proposition de 1,6 million $. Soixante-cinq pour cent de cette somme sont remis au champion. 

Avec cette nouvelle, Beterbiev retombe dans le siège du conducteur. 

Lors du premier scénario, le protégé de Marc Ramsay ne voulait pas se rendre en Chine pour défendre sa couronne IBF des mi-lourds pour des raisons politiques et religieuses. Par le fait même, ça voulait presque dire qu’il aurait dû abandonner son titre. 

Maintenant, les plans originaux reviennent d’actualité. La date du 28 mars est arrêtée pour le choc Beterbiev-Meng.

Le Québec dans la course

Selon Yvon Michel,  ce combat a de fortes chances d’atterrir au Centre Vidéotron à Québec. Des négociations ont été amorcées entre Top Rank, le groupe Gestev et GYM au cours des derniers mois. 

«GYM a réservé le 28 mars à la RACJ (Régie des alcools, des courses et des jeux) ainsi que le Centre Vidéotron, a écrit le promoteur sur Twitter en fin de journée. Nous sommes sur le point de finaliser avec Top Rank pour la prochaine défense des ceintures WBC et IBF de Beterbiev au Québec avec Gestev. Ce sera une grande soirée avec un grand champion!»

Cependant, le premier résultat de l’appel d’offres a retardé les plans des hommes d’affaires québécois et américains. Lors de leur dernière présence à Québec, les dirigeants de Top Rank avaient démontré leur intérêt pour présenter un gala au domicile des Remparts de Québec. 

Pour ceux qui se posent la question au sujet de Michel et de son permis de promoteur,  Top Rank pourrait tout de même faire la promotion d’un combat Beterbiev-Meng au Québec. 

La compagnie américaine ou le groupe Gestev pourrait obtenir un permis en faisant une demande à la RACJ. Ils n’auraient pas besoin de GYM pour organiser cette soirée de boxe. 

Rivas en attente

Pendant ce temps, le poids lourd Oscar Rivas est en mode attente. Ses négociations amorcées au cours des dernières semaines avec Matchroom Boxing sont au point mort. 

Selon nos informations, Yvon Michel et Stéphane Lépine s’étaient entendus sur les modalités d’un lucratif contrat à long terme avec Eddie Hearn. Une seule clause devait être ajoutée pour que le pacte soit conclu. 

Toutefois, un événement a fait basculer les discussions. L’ancien adversaire de Rivas, Dillian Whyte, s’est fait blanchir de toutes les accusations de dopage qui pesaient contre lui. Depuis cette journée, le clan du Québécois d’origine colombienne n’a plus de nouvelle de Hearn ou de son équipe. Mystère et boule de gomme. 

Une décision sera prise bientôt par Rivas et son équipe. Il ne faudrait pas se surprendre que Rivas se retrouve à nouveau avec Top Rank si le pacte avec Matchroom ne se concrétisait pas.