/finance/business
Navigation

Bombardier accusée d’avoir livré des «citrons»

Coup d'oeil sur cet article

Nouvelle tuile pour Bombardier à New York : la Metropolitan Transit Authority (MTA) a momentanément retiré du service près de 300 voitures de métro, hier, en raison d’un problème de fiabilité des portes.  

«Bombardier nous a vendu des citrons», s’est indigné le chef des finances de New York, Scott Stringer, qui songe à se présenter à la mairie de la Ville l’an prochain.   

«Récemment, deux portes [...] n’ont pas fonctionné comme prévu. Notre enquête montre que les portes n’ont pas été calibrées correctement par Kangni», l’entreprise chinoise qui les a fabriquées, a déclaré une porte-parole de Bombardier Transport, Maryanne Roberts.   

«Nous avons mobilisé des techniciens qualifiés qui travaillent sans relâche à inspecter, calibrer et tester les systèmes de portes», a-t-elle ajouté.   

Cela n’a pas empêché le président de la MTA, Andy Byford, de promettre de «demander des comptes à Bombardier».    

  • ÉCOUTEZ l'analyse du journaliste économique Pierre Couture sur QUB radio :

Nombreux problèmes  

Les problèmes ont été nombreux avec ce contrat de 600 millions $ US (783 M$ CA) que Bombardier a décroché en 2012.   

Le mois dernier, un rapport accablant de M. Stringer a révélé que l’entreprise a raté plusieurs échéances et livré des voitures de mauvaise qualité. L’élu démocrate a aussi reproché à la MTA de ne pas avoir suffisamment supervisé le travail de Bombardier.   

Les retards de la multinationale québécoise à New York ont fait en sorte qu’en 2018, la MTA l’a expressément exclue d’une commande de 1,4 G$ US pour 535 voitures de métro. C’est le géant japonais Kawasaki qui lui a coupé l’herbe sous le pied.   

Les problèmes de Bombardier à New York s’ajoutent à ceux que l’entreprise a connus à Toronto, en Suisse et en Allemagne.   

L’action de Bombardier a reculé de 3,1 % hier, pour clôturer à 1,87 $ à la Bourse de Toronto.