/news/politics
Navigation

Le monastère de Berthierville définitivement sauvé de la démolition

Le monastère de Berthierville définitivement sauvé de la démolition
CAPTURE D'ÉCRAN, TVA NOUVELLES

Coup d'oeil sur cet article

La ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, a annoncé jeudi le classement du monastère de Berthierville et de son site en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel.

L’intégrité de cet édifice avait été menacée début avril lorsque la municipalité de Berthierville, dans Lanaudière, avait octroyé un permis de démolition au nouveau propriétaire des lieux. Convaincue de la valeur patrimoniale du bâtiment, la ministre Roy était intervenue in extremis pour empêcher sa destruction en signant une ordonnance de 30 jours.

L’annonce de jeudi découle d’un «avis d’intention de classement» qu’elle avait par la suite adressé au Conseil du patrimoine du Québec afin de faire reconnaître la valeur patrimoniale nationale du monastère des Moniales-Dominicaines-de-Berthierville. Cette demande assurait à l’édifice d’être protégé au moins le temps de l’examen.

« Le régime d'ordonnance délivré par la ministre en avril 2019 a permis d'évaluer le bâtiment et le lieu, puis d'établir que ce bien patrimonial situé dans la municipalité de Berthierville présente un intérêt en raison de ses valeurs historique, architecturale, technologique et paysagère », a indiqué, par voie de communiqué, le cabinet de la ministre Nathalie Roy, jeudi.

L'avis de classement accordé jeudi oblige dorénavant le propriétaire du monastère à demander l'autorisation de la ministre avant d'effectuer certaines interventions sur le bâtiment et son terrain.

« Ce monastère est un bien patrimonial dont l'authenticité a été préservée de manière remarquable et il fait partie de l'histoire de Berthierville. Grâce à l'avis de classement, il demeurera partie intégrante du paysage de cette région », a précisé Nathalie Roy, jeudi.

Par ailleurs, son propriétaire, André Saint-Martin, bénéficiera aussi d'un accompagnement du ministère et d'une aide financière pouvant atteindre 40 % du coût des travaux de restauration. Reste à savoir ce que ce dernier compte faire du bâtiment maintenant qu’il est officiellement classé. En mai dernier, André Saint-Martin avait expliqué au journal «Le Devoir» qu’il n’avait pas envisagé d’autre option que de le détruire afin de faire place à un ensemble résidentiel qu’il comptait construire.

Le monastère des Moniales dominicaines est le premier établissement fondé par cette communauté au Québec et au Canada. Érigé à partir de 1933 selon les plans de l'architecte Joseph-Albert LaRue, ce monastère est un ensemble de style néoroman d'esprit beaux-arts.