/news/transports
Navigation

Les routes, plus sécuritaires que jamais

La Sûreté du Québec présente le meilleur bilan routier de son histoire

Coup d'oeil sur cet article

Il n’y a jamais eu aussi peu de victimes de collisions mortelles sur le territoire de la Sûreté du Québec, affirme la police provinciale, qui vient d’enregistrer son meilleur bilan routier à vie.   

«C’est vraiment exceptionnel, affirme le capitaine Paul Leduc, chef de la sécurité routière à la SQ. La clé, c’est qu’on a arrêté de travailler en silo comme on le faisait il y a une dizaine d’années.»    

Plus d’opérations  

Désormais, explique-t-il, des opérations routières se font de concert avec d’autres corps de police, et des initiatives de sensibilisation sont mises de l’avant avec la Société de l’assurance automobile du Québec et les contrôleurs routiers.     

Des outils sont également offerts aux responsables de postes afin de leur permettre de cibler les meilleurs endroits pour intervenir sur leur territoire.    

«Il y a plusieurs années, quand j’étais sur la route, je commençais un quart de travail et je décidais pas mal où j’allais patrouiller, se remémore le capitaine Leduc. Maintenant, les policiers ont des assignations en fonction des zones plus à risque dans leur secteur. C’est beaucoup plus efficace.»    

Entretenir la crainte  

Toutes ces techniques n’ont finalement qu’un but commun: rendre les automobilistes craintifs.     

«Il faut susciter la crainte d’être intercepté, concrètement, et les études le prouvent, c’est ça qui motive les gens à diminuer leur vitesse, explique le capitaine Leduc. Il faut être le plus visible possible pour que cette crainte demeure.»    

La météo déterminante  

La quantité de neige tombée sur la province en 2019 n’est pas non plus étrangère aux excellents résultats compilés par la SQ.    

«Généralement, quand on a des hivers où il y a une importante quantité de neige, on a moins d’accidents mortels parce que la neige atténue nettement l’impact», ajoute le capitaine Paul Leduc.    

Finalement, bien qu’il y ait de plus en plus de véhicules sur les routes du Québec, les constructeurs automobiles ne cessent d’améliorer la sécurité de leurs produits, ce qui réduit considérablement les risques de décès.    

Malgré son bilan exceptionnel, la SQ déplore toujours les nombreux accidents qui surviennent chaque année sur son territoire.     

Comme toujours, la vitesse excessive trône au premier rang des causes de collisions mortelles, suivie par l’alcool, la drogue et la distraction (principalement le cellulaire au volant).     

«Si les automobilistes levaient le pied un peu, lâchaient leur cellulaire et planifiaient mieux leurs déplacements, je pourrais prendre ma retraite!» conclut avec humour le capitaine Paul Leduc.     

BILAN HISTORIQUE 2010 À 2019    

2010  

Les cours de conduite sont de nouveau obligatoires.   

  • 298 collisions mortelles    
  • 347 victimes décédées        

2011  

Amendes doublées dans les zones de travaux   

  • 300 collisions mortelles    
  • 329 victimes décédées        

2012   

  • 284 collisions mortelles    
  • 320 victimes décédées        

2013  

L’amende pour excès de vitesse est augmentée.   

  • 265 collisions mortelles    
  • 283 victimes décédées        

2014   

  • 216 collisions mortelles    
  • 238 victimes décédées        

2015  

Ajout de 39 appareils de radars photo.   

  • 244 collisions mortelles    
  • 274 victimes décédées        

2016   

  • 240 collisions mortelles    
  • 260 victimes décédées        

2017   

  • 243 collisions mortelles    
  • 268 victimes décédées        

2018  

Conséquences plus sévères pour la distraction.   

  • 237 collisions mortelles    
  • 252 victimes décédées        

2019   

  • 216 collisions mortelles    
  • 232 victimes décédées        

Vitesse, alcool, etc.   

  • 30% des collisions mortelles sont attribuables à de la vitesse excessive.     
  • 10% des collisions mortelles sont causées par l’alcool ou la drogue au volant.    
  • 8% des collisions mortelles sont provoquées par la distraction.     
  • 25 victimes de collisions mortelles ne portaient pas leur ceinture de sécurité en 2019.        

Source: SQ-Données pour le territoire desservi par la Sûreté du Québec