/sports/others
Navigation

Ce n’est qu’un début pour François Cauchon et Angelo Chiara

Coup d'oeil sur cet article

Ils se connaissent depuis plus de 8 ans. Ils s’entraînent ensemble et parcourent le monde dans les rangs juniors. Il allait donc de soi que les sabreurs François Cauchon et Angelo Chiara fassent leurs débuts en Grand Prix ensemble, vendredi, à Montréal.  

Les Montréalais ne se sont pas contentés de faire que de la figuration. Leur fiche identique de trois victoires et trois défaites en poules a permis aux deux athlètes de se qualifier pour le tableau préliminaire.  

«C’est incroyable comme expérience. Toute notre enfance, on s’est entraîné pour des moments comme ça», raconte François Cauchon.  

Le vétéran Joseph Polossifakis le confirme. La tenue d’un Grand Prix en sol montréalais peut faire toute une différence chez les escrimeurs québécois. «C’est une tout autre expérience qu’au niveau junior. François et Angelo pourront grandir à travers cette expérience. Si le Canada peut accueillir une telle compétition année après année, le niveau du pays va augmenter. C’est une occasion en or pour des jeunes qui n’auraient jamais eu cette opportunité», explique-t-il.  

Détenteur d’un laissez-passer au premier tour éliminatoire, François Cauchon n’avait qu’un match à remporter pour accéder au tableau de 64, mais pour y parvenir, il devait se défaire du Chinois Xu Yingming, 30e au monde et médaillé d’argent au Grand Prix de Moscou en 2016. Les deux athlètes se sont offert une chaude lutte, mais c’est finalement Xu Yingming qui l’a emporté 15-12.  

«Déjà passer les poules, me battre contre un médaillé en Grand Prix et lui donner un bon match me rend fier de ma journée, même si c’est un peu décevant de ne pas avancer plus loin», explique l’escrimeur qui termine 88e.  

Angelo Chiara a quant à lui croisé sur son chemin au premier tour éliminatoire l’Américain Mitchell Saron, qui l’a battu 15-8. Le Québécois finit au 100e échelon.  

«En venant ici, je ne pensais pas que ça irait plus loin que les poules. L’Américain était assez solide. C’est une bonne expérience», mentionne Chiara.  

Objectif Paris 2024  

Si les meilleurs au monde qui sont à Montréal luttent présentement pour une place pour les Jeux olympiques de Tokyo, Cauchon et Chiara rêvent pour leur part d’un billet pour Paris en 2024. «Je veux être là», affirme François Cauchon.  

«Ça fait rêver, mais comme nous avons des coéquipiers avec qui nous nous entraînons qui devraient aller à Tokyo, ça donne espoir. Ça démontre que ce n’est pas un niveau impossible à atteindre et que nous avons le calibre. Il faut juste continuer à prendre de l’expérience», note pour sa part Angelo Chiara.  

Leur arrivée chez les seniors étant imminente, cette expérience au Grand Prix leur a surtout permis d’avoir un avant-goût de ce qui les attend.  

«Ce n’est pas la même game. Ça m’a montré ce sur quoi je dois travailler. Les tireurs sont plus rapides, mais leur jeu est plus lent, car ils observent plus, et nous devons nous adapter. C’est bien de commencer et avoir cette expérience avant, en vue de la prochaine étape», ajoute Angelo Chiara.  

Âgés de 19 ans, les deux sabreurs ont une dernière saison junior devant eux. Ils s’y consacreront afin d’obtenir les meilleurs résultats possible aux Championnats du monde juniors qui seront disputés à Salt Lake City au printemps.