/news/politics
Navigation

Course au leadership du PCC: Michael Fortier ne sera pas candidat

Michael Fortier
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – L’homme d’affaires et ex-sénateur Michael Fortier ne se lancera finalement pas dans la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada (PCC).  

Après avoir sondé ses appuis, le Montréalais a conclu qu’il aurait eu peu de chances de l’emporter.   

«Mes appels ont commencé dès la défaite [électorale] en octobre dernier et se sont accélérés après la démission d’Andrew Scheer», a dit M. Fortier vendredi en entrevue avec TVA Nouvelles.   

Le vice-président du conseil de la division de courtage de la RBC a toutefois signalé qu’il n’a pas l’intention de demeurer passif durant la course à la direction du PCC.   

«Je vais m’impliquer et donner mon opinion parce que cette course au leadership est vraiment importante», a-t-il dit.   

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Selon lui, le prochain leader conservateur doit proposer une nouvelle approche en matière de lutte aux changements climatiques.   

Le nom de M. Fortier circulait depuis plusieurs semaines parmi les personnes intéressées à succéder au chef sortant Andrew Scheer.   

Les autres aspirants   

Les potentiels candidats les plus en vue sont l’ex-premier ministre québécois Jean Charest et Peter Mackay, ex-ministre dans le gouvernement de Stephen Harper.   

Le Franco-Albertain et député ontarien Pierre Poilièvre devrait de son côté confirmer, dans les prochains jours, qu’il fera le saut. Son collègue Erin O’Toole, qui avait terminé la précédente course au troisième rang, devrait aussi se porter candidat.   

Du côté des Québécois, le député Gérard Deltell songe sérieusement à se lancer.   

Deux personnes ont pour l’heure ouvertement confirmé qu’ils allaient tenter leur chance, soit l’homme d’affaires québécois Bryan Brulotte et la députée ontarienne Marilyn Gladu.