/investigations
Navigation

Enquête sur la présence de Hells à un gala de boxe

Le promoteur Yvon Michel devra s’expliquer devant la Régie des alcools en février

Quebec
Photo d'archives, Stevens LeBlanc Yvon Michel (photo) affirme qu’il n’a rien à se reprocher concernant l’événement organisé le 20 septembre dernier. Cette soirée mettait notamment en vedette l’homme fort Hugo Girard, afin d’amasser des fonds pour un organisme de bienfaisance.

Coup d'oeil sur cet article

La présence de Hells Angels à un gala attire de gros ennuis au promoteur de boxe Yvon Michel, qui devra se présenter devant la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) pour conserver son permis.   

Les autorités reprochent au Groupe Yvon Michel (GYM) d’avoir laissé des membres du crime organisé se rendre dans la zone réservée au promoteur selon l’avis de convocation, information d’abord révélée par TVA Sports.     

«Le 20 septembre 2019, lors de la manifestation sportive, les policiers du Service de police de la Ville de Montréal ont constaté la présence de membres du crime organisé à l’intérieur du périmètre», mentionne la Régie.      

  • Le promoteur Yvon Michel était à l'émission Dutrizac sur QUB radio pour en parler :

L’avis de convocation de la RACJ souligne également «qu’un des agents de sécurité, attitré aux ring girls [les jeunes femmes légèrement vêtues qui déambulent sur le ring entre les rounds], arborait des tatous à l’effigie des Hells Angels, et ce, à la vue du public».     

Contacté par notre Bureau d’enquête, Yvon Michel se défend d’avoir invité des membres du crime organisé.     

«Une erreur»  

Le promoteur assure que c’est par erreur que des proches de l’organisation ont vendu aux pégriots des billets dans la zone réservée.     

«Ces billets-là, exceptionnellement, étaient à vendre, affirme-t-il. Cette rangée-là n’aurait pas dû être mise en vente.»     

Il affirme aussi ne pas avoir eu connaissance de la présence de Hells Angels parmi le personnel.     

«Nous, on a embauché une compagnie de sécurité, comme on le fait à chaque événement, dit-il. On suppose que tous les agents qui sont là ont un permis.»     

Yvon Michel dit ne pas se souvenir du nom de la firme embauchée.     

La Régie affirme en outre que son groupe a illégalement « prêté » son permis à une nouvelle compagnie, New Era Fighting & Promotion, appartenant à l’homme fort Hugo Girard et au boxeur et ancien combattant en arts martiaux mixtes Yan Pellerin.     

Contacté par Le Journal, M. Pellerin assure lui aussi que personne n’a invité les Hells à l’événement.     

«Il y en a qui me reprochent qu’il y avait M. Cazzetta [Salvatore, ancien leader et membre en règle des Hells Angels] proche du ring. [...] Mais il ne manque jamais un gala. Ç’a l’air que c’est un amateur de boxe. Je ne le connais pas personnellement...»     

La Régie affirme aussi que GYM et New Era ont illégalement présenté un «combat concerté» (arrangé) entre Hugo Girard et un autre ancien des arts martiaux mixtes, Patrick Côté.     

Et les reçus?  

Par ailleurs, la RACJ dit n’avoir jamais vu de preuves de paiement pour la location de l’amphithéâtre au centre Pierre-Charbonneau, du ring, de l’équipement audio, des services aux combattants et des ring girls.     

Yvon Michel affirme pourtant que son organisation a remis toutes les pièces justificatives à la Régie. «Tout ce qui a été facturé a été remis à la Régie.»     

—Avec Félix Séguin et Andrea Valeria  

Si vous avez de l’information à ce sujet, contactez notre journaliste à hjoncas@protonmail.com ou au 438 396-5546 (Signal, cellulaire).  

♦ Yvon Michel sera en entrevue avec Benoit Dutrizac à QUB radio, ce matin à 7 h 50.